Dossiers

X07 : l’aventure

Excusion à Toronto

X07 : l’aventure

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le mardi 28 août 2007 20:00




Depuis bon nombre d’années, Microsoft organise un salon où sont étalés ses différents produits consoles et PC. C’est débordant de joie et d’anticipation que je participe à cet événement pour la toute première fois, avec une édition 2007 (X07) et son fer de lance, Halo 3, qui devrait être présenté sinon jouable. Tous s’accordent sur le fait que l’automne et le temps des Fêtes fourniront une pléiade de jeux AAA et la Xbox 360 a beaucoup à offrir. Le X07 m’est particulièrement spécial puisqu’il agit en tant que témoignage de mes activités de pseudo journaliste des jeux vidéo, une activité bénévole à laquelle je prend goût depuis au moins quatre ans. Dans moins d’une heure, j’aborderai une avion pour la première fois de ma vie, sans compter l’exploration d’un modèle cloué au sol lors d’un festival aérien à Québec il y a une dizaine d’années. J’ai des papillons dans l’estomac, un mélange de peur (vertige) et d’excitation. En espérant éviter un scénario à la Destination Ultime!


Extérieur de l’aéroport Jean-Lesage, vers 6h du matin

Attendre à l’aéroport six heures, c’est long. Non, le vol n’est pas retardé, j’ai simplement voyagé à bord de la dernière autobus du transport en commun (RTC), marché et attendu ici, pour éviter des frais de taxi puisque les autobus m’auraient mené en retard pour ce vol de 7h00. Tôt, en effet. C’est le prix à payer pour arriver à Toronto dans les délais, le X07 ouvrant ses portes à 10h00. Sur mon billet d’avion électronique, il est inscrit que le trajet a une durée de 1h30. Pas mal, en automobile, c’est un bon dix à onze heures. Alors je suis là, dans cet aéroport bondé de gens même à 5h du mat, assis avec le portable sur mes cuisses (chaud!), l’esprit bien frais à participer activement dans un salon privé où, contrairement au E3 Media & Business Summit, monsieur et madame tout le monde peuvent se présenter à condition d’en avoir fait la demande. Les places sont limitées, j’ai bien hâte de voir s’il y aura une certaine foule. La majorité des étudiants sont à l’école en ce mardi, alors mes attentes sont amenuisées.


Mon avion!

Mon attirail du parfait petit journaliste a mauvaise mine. Suite à un petit problème technique, je devrai poster les images de mon voyage une fois de retour à Québec, ce soir si tout va bien. Voyez, l’appareil photo numérique n’est pas mien, et j’ai oublié d’emprunter le fil de transfert USB. D’un autre côté, je n’ai pas oublié mon micro, et je vous proposerai un podcast en direct de Toronto. Si vous avez des questions, je tâcherai d’y répondre dans les meilleurs délais. Vous pouvez compter sur la rédaction de plusieurs articles une fois que j’aurai goûté aux attractions du X07. J’en ai glissé un mot plus haut, l’événement a lieu dans la métropole Toronto. La dernière fois que j’ai posé les pieds dans cette ville canadienne, j’avais 12 ans – aujourd’hui, j’en ai 21. Un grain de nostalgie. J’aimerais profiter de cette introduction pour remercier à l’avance High Road Communications, la firme en charge des relations publiques chez Microsoft (et Nintendo!). Grâce à leur bon travail, j’évite les frais de vol et j’ai la chance d’assister à un happening vidéoludique.


Avant le décollage

Le X07 est d’autant plus important après l’annonce de Microsoft comme de quoi les volets européens sont annulés. Je suis satisfait de cette tradition au Canada, malgré un timing serré tout de suite après le E3, Leipzig en Allemagne et le Penny Arcade Expo (PAX). Au moins, ils ont eu l’intelligence de placer le X07 APRÈS, alors que le PAX se déroulait en même temps que Leipzig, ce pourquoi nous n’en avons pas entendu parler de manière satisfaisante. Ohh...les hôtesses de l’air sont si charmantes! En les voyant marcher un peu partout, je ne peux m’empêcher de penser au film Airplane! (Y’a-t-il un pilote dans l’avion?). Si vous ne connaissez pas, allez le louer, une comédie absurde, mais classique. Le soleil se lève, mon aventure prendra son envol (quel jeu de mot!) dans moins de quarante-cinq minutes. Est-ce que vous pouvez voir lire mon excitation? Allez, assez pour le moment, j’écrirai une fois à destination.

 

C’est si petit!

Le défi

Prendre l’avion, ce n’est pas comme au cinéma. L’appareil qui m’a mené à Toronto ne permettait pas à deux personnes de se tenir dans le couloir tellement les sièges étaient rapprochés. Au décollage, une bonne sensation de vitesse suivie du contraire. Comme rien ne peut aller à la perfection, j’ai eu droit à DEUX MONSTRES dans l’avion, un garçon et une fillette assis juste derrière moi. Je me croyais dans Denis la petite peste alors que mon siège était matraqué de coups de pied et mes oreilles, saignées par des hurlements sans fin. L’hôtesse de l’air nous a offert des craquelins au riz et un jus d’orange, lesquels ne m’ont pas calmé (en plus de goûter mauvais). Mon pérélinage allait commencer une fois à Toronto. D’abord, sortir de l’aéroport. Trente minutes. Ensuite, deux casse-tête, le premier étant les autobus (TTC Bus) et le second, le métro. Heureusement, j’avais pris le temps de demander les directions et je n’ai pas eu de difficulté avec l’autobus, ni le métro. Par contre, pour trouver Liberty Street, l’expérience n’a pas été aussi facile.


L’autobus de 9h17 ne s’est jamais présentée...


Le métro lui était à l’heure

Me voilà enfin au X07 après une heure et demie de retard. Il y a plus de personnes que je pensais, des membres de médias américains et des jeux dont je ne m’attendais pas de voir ici. Lesquels? Vous le saurez très bientôt. En attendant, je dois aller manger une bouchée parmi la sélection offerte par Microsoft (joie!) et ensuite, je me lance dans la rédaction papier d’articles sr chacun des jeux du X07, une cinquantaine je dirais. J’aimerais vous quitter momentanément avec le commentaire suivant : le réseau sans fil est vraiment nul. Il faut entrer un mot de passe et il se déconnecte à chaque deux minutes, rendant mon travail pénible. Dans ces conditions, il se pourrait que je ne puisse créer le podcast. À suivre.


L’entrée au X07, j’ai garé mes trois automobiles devant, voir ci-bas


La première


La deuxième


La troisième


Ma badge avec un effet complémentaire de flou intense

La poisse

Microsoft a joué de malchance hier alors que vers 14h15, l’édifice perdait toute trace d’électricité, ce qui a mis un terme aux nombreuses présentations avant même d’avoir pu les tester. C’est frustrant, car même la batterie de mon portable était à sec donc je ne pouvais plus travailler. Selon les policiers sur place, une automobile serait entrée en collision avec un poteau électrique et tout le quartier près de la King Street aurait été dépourvu de courant. J’ai bien attendu une heure avant de plier bagages et de retourner prendre l’avion qui m’attendait pour 18h35. Avec le métro, l’autobus et la fouille de sécurité dans l’aéroport, je ne pouvais me permettre de demeurer plus longtemps. Je viens de Québec, alors c’est pas trop mal, je plains les journalistes un peu moins chanceux venant d’aussi loin que les États-Unis. Microsoft n’avait aucun contrôle sur cette malchance et j’ai bien rigolé lorsqu’un journaliste a blogué en direct sur son portail comme de quoi il pourrait s’agir d’une attaque de fanboys Nintendo ou Sony.


Plusieurs curieux près de Halo 3

J’ai tout de même eu la chance d’essayer une poignée de titres prévus en automne. Je tenterai de vous donner mes impressions le plus vite que je le peux, et je compte transférer les photos dans le courant de l’après-midi. Je suis encore en maudit contre le pilote d’avion du retour, j’étais certain qu’il croyait que son avion était une fusée. Il ne cessait d’aller plus haut et je stressais. J’ai même demandé à l’hôtesse de l’air le pourquoi de cette ascension incessante, sans réponse claire. En comparaison, le pilote du matin demeurait en basse altitude et droit. Au contraire, le pilote du soir a toujours gardé son appareil penché vers le haut et ne cessait de grimper dans les couches de nuages. C’était impressionnant, sauf pour les oreilles. Près de Québec, il a effectué des petits mouvements à gauche et à droite pour le plaisir avant d’atterrir après une dizaine de minutes interminables. À ma sortie, je n’entendais presque plus rien, la situation est revenue à la normale après une certaine période de temps. Je l’aurais frappé!


Une autre foule près du comptoir à boissons (excellent jus d’ananas)

Avant de discuter des jeux, j’aimerais partager les différences entre Québec et Toronto, il y en a tellement. Je ne sais trop pourquoi, mais l’essence affichait dix sous moins cher. Il y a énormément de Chinois(es) et autres minorités visibles, comme à Montréal. Le métro est rapide et je le préfère à la ville du CH puisqu’il ne se limite pas aux souterrains ; le métro est visible à certains endroits extérieurs. J’avais l’impression de voyager en train dans un cadre urbain, très joli. Ils ont peut-être l’essence moins cher, toutefois l’autobus est plus dispendieuse : 2,75$ comparativement aux 2,50$ en argent demandé pour le réseau de transport en commun (RTC) de Québec. On se rend compte que la langue de Molière n’est pas courante tandis que les boutiques et restaurants américains (StarBucks, Wendy’s, DairyQueen, etc.) abondent. L’aéroport Jean-Lesage (Québec) <<<<<<<< l’aéroport Pearson (Toronto). Impossible de comparer tellement Pearson est gigantesque et ne fait qu’une bouchée de son homologue québécois. Mes impressions approfondies très bientôt.

Rigolade intellectuelle

Vous vous rappellez du nouveau périphérique présenté lors du E3 Media & Business Summit pour la Xbox 360? La manette adaptée à un public peu soucieux de la complexité? Oui, ce hochet bizarre. J’ai eu la chance de le tester avec le jeu Scene It!, une adaptation du jeu de table portant le même nom. Le gros bouton rouge est le "buzzer" alors que les autres boutons de couleur représentent ceux de la manette officielle, mais à la verticale. Le jeu-questionnaire propose plusieurs catégories différentes dont le cinéma et la musique avec une bonne variété de questions. Nous étions quatre journalistes (j’étais le seul francophone) et comme le jeu est en anglais, j’ai eu de la difficulté pour certaines questions où il fallait deviner le titre d’un film en associant des images. La plupart du temps, je n’éprouvais aucune difficulté à participer car Scene It! est axé sur une prise en main naturelle, facile. Toutes les questions sont à choix de réponse et lorsque vous appuyez sur le bouton correspondant à ce que vous espérez être la bonne réponse, elle est cachée pour ne pas que vos adversaires soient "inspirés" de votre choix. Scene It! est un jeu familial très léger qui, lors d’une soirée de famille, trouvera bien des preneurs. La manette-hochet rappelle une certaine Wiimote avec la gestion des mouvements en moins.


Le hochet en question


Au cours du jeu, il peut y avoir des scènes tirées de films populaires. Après le visionnement de l’extrait, les joueurs doivent répondre à une traînée de questions en lien avec ce dernier. Dans le cas présent, c’était facile : King Kong. La première question était "Quel est le titre de ce film", puis "Qui est le réalisateur", "Qui est l’actrice principale", etc.

Le diable s’empare de moi

Tout près de l’entrée du X07, deux stations proposaient de s’essayer à Devil May Cry 4, le dernier-né de Capcom. Étant un grand fan de la série depuis ses débuts sur Playstation 2, c’est avec un immense plaisir que j’ai testé ce premier volet destiné aux formats en haute définition de la Playstation 3 et de la Xbox 360. J’avais le choix entre deux séquences (puisqu’il s’agit d’une démo limitée, la même du E3), à savoir combattre un énorme boss ou traverser un niveau en dix minutes bien calculées. Dans les deux cas, on retrouve le même dynamisme d’autrefois. Les combats se déroulent à la vitesse de l’éclair, les combos s’enchaînent et les ennemis pleuvent. Une des nouveautés de ce quatrième volet est l’arrivée de la technique Grim Hand, la "main de la Faucheuse". Celle-ci, une fois activée, permet de capturer un ennemi dans son spectre bleu et le ramener vers vous. Utile, surtout lorsqu’un ennemi n’est pas à portée de votre épée. La Grim Hand permet aussi de se déplacer à des endroits autrement inacessibles d’un niveau en appuyant sur la gâchette droite et le bouton d’action, ce qui enclenche une courte animation où la Grim Hand devient un grappin. Cet élément est repris directement d’Onimusha 3: Demon Siege.

Ma fonction favorite reste celle de cibler un ennemi en particulier (lock-on) avec la simple pression de la gâchette de votre manette. Ainsi, il est plus facile d’enchaîner les attaques sans frapper dans le vide. Il est même possible de charger une attaque et la libérer à son maximum pour des effets destructeurs. Je suis content que le niveau de difficulté n’ait pas été revu à la baisse. Plusieurs médias comme joueurs avaient critiqué Devil May Cry 3 pour son défi relevé, et Devil May Cry 4, sans être impossible, demeure un bon exercice de réflexes et d’habiletés. La section chronométrée à dix minutes ne m’a pas causé de problèmes, alors que le boss lui m’a fâché un peu. Son apparence à mi-chemin entre un démon et un centaure géant a de quoi faire baver avec les animations de feu très réussies, en mouvement sur son corps. Ses charges, si elles vous atteigent, dimueront votre jauge de points de vie du tiers environ et ce, d’un seul coup. Je devais donc demeurer alerte, et au bout d’une dizaine de minutes, le colosse s’est écrasé sur le sol, inerte. Le boss avait une séquence d’action (pattern) prévisible sans être aussi limitée que dans les précédents volets.


Le démon-centaure de feu est à droite

La démo ne permettait pas de choisir son arme, j’étais donc limité à une épée et un pistolet, l’attirail de base de tout chasseur de démons. Capcom n’a pas changé sa formule gagnante et c’est bien ainsi. Au contraire, elle l’a améliorée. Une autre addition remarquable : lorsque vous marchez, après quelques secondes, le personnage se met à courir automatiquement, ce qui rend l’exploration des différents décors moins agaçante. Ces décors miroitent une minutie incroyable au niveau des détails avec des textures franchement étonnantes. La palette de couleurs est vive, riche. Ce qui m’a le plus étonné, une fluidité exemplaire malgré l’enfer qui crève l’écran dans certaines sections en particulier. J’ai quitté ma station confiant que DMC4 sera à la hauteur des attentes, et même plus.

Visite dans la section XNA

Un des endroits où j’ai passé le plus de temps à discuter avec les développeurs fut la zone dédiée à trois projets Xbox Live Arcade, créés avec les outils XNA offerts par Microsoft. Ceux-ci facilitent la tâche des programmeurs et des artistes désireux de voir leurs idées naître sur la Xbox 360. Le premier jeu que j’ai testé est une variation du classique Pong, intitulé WarPong. Son auteur, un étudiant asiatique, m’a confié l’avoir terminé en seulement deux semaines. J’ai eu toute la misère du monde à contrôler ma barre afin de renvoyer la balle dans son camp. La différence avec Pong l’original est la suivante : des power-ups peuvent s’ajouter à notre barre, comme des missiles ou des lasers. Donc en plus de vous soucier de la balle et la bloquer, il faut être alerte aux modifications de la barre ennemie, un char d’assaut en quelque sorte. Peu original et chaotique, WarPong m’a laissé de marbre.

J’ai déménagé vers le kiosque suivant, où le jeu Up and Dn était affiché. Mon premier commentaire au développeur, un Québécois bilingue, "vous vous êtes inspirés d’EchoChrome sur la Playstation Portable?". Le jeu est similaire dans le sens que vous contrôler un personnage qui doit se rendre à une porte de sortie en traversant un niveau formé d’escaliers. Le personnage est une sorcière pouvant basculer le tableau dans tous les sens d’une seule pression de bouton avec un mouvement vers la direction voulue. Véritable puzzle où j’ai été ridiculisé par mon manque de logique, je suis persuadé qu’il aura du succès lors de sa sortie prévue soit au mois de novembre ou décembre 2007. Il sera lancé sur les plateformes PC et Xbox 360. De plus, j’ai eu la chance de visionner l’éditeur de cartes non fonctionnel. Les joueurs pourront créer leurs propres niveaux et les partager, ce qui devrait donner naissance à bien des folies. Pour l’instant, l’arrière-plan était similaire à une image bitmap collée là par hasard, et on m’a assuré qu’il serait animé lors de la version finale. Ce jeu est développé par le studio canadien Frozen North.

Le troisième jeu en était un de badminton. Je n’ai pas eu la chance d’y jouer puisque la panne de courant est survenue en plein dans mon itinéraire vers ce kiosque (j’avais planifié recueillir des commentaires et me plonger dans Halo 3 pour une bonne heure, ce que j’ai pu faire). De ce que j’ai pu observer, deux joueurs s’adonnent à du badminton avec une vue horizontale. Ils contrôlent un robot en forme de sphère qui possède une raquette. Le but est que le moineau (l’équivalent d’une balle au tennis) atteigne le sol de la zone adverse. Question d’ajouter du mordant, le développeur a inclus plusieurs attaques spéciales qui ravagent l’écran, que ce soit un contre-coup au filet avec une animation de feu ou, si ma mémoire ne me fait pas défaut, une attaque où un dragon se met à suivre le moineau à toute vitesse. Parlant de vitesse, le jeu n’en manquait pas du tout. Simple et original, il m’impressionnait déjà plus que les deux autres projets derrière moi.

Le régal

Après avoir griffonné quelques notes sur mon calepin, j’avais faim. Avec une heure et demi de retard et mon dernier "repas" qui remontait aux petites bouchées de riz de l’aéroport, mon ventre criait famine. Heureusement, Microsoft avait prévu le coup et fournissait un mini buffet libre-service. Au menu, des morceaux de tomates et du fromage (feta?) nappés d’une sauce délicieuse, différents pains et une salade de patates. Aussi, des demoiselles servaient des dégustations chaudes d’un bout à l’autre de l’immeuble. Je ne me souviens plus des noms de ce que j’ai mangé....


C’est meilleur que l’on croit d’après cette image surexposée à mon flash
Derniers dossiers
Lego Legends of CHIMA Online Reportage

Lego Legends of CHIMA Online

Avec le succès des jeux Lego, la licence prend une nouvelle dimension en proposant cette aventure en ligne.  Basé sur le dessin animé, on sélectionne au début du jeu le personnage que l’on veut incarner parmi les quatre classes proposées. Comme vous vous en doutez, chacune offre une manière différente de combattre.
Lire la suite...

Notre Top 10 des jeux testés en 2014
1
Super Mario 3D World (Nintendo WiiU)
9.5
3
Titanfall (Xbox One)
9.1
4
9.0
5
9.0
6
inFAMOUS: Second Son (PlayStation 4)
8.8
7
8.5
8
Bravely Default (Nintendo 2DS & 3DS)
8.0
9
Thief (PC)
8.0
10
Trials Fusion (PlayStation 4)
8.0
Podcast

Podcast GF du 9 avril 2014

Podcast GF du 9 avril 2014

Une nouvelle émission dans le cadre de Radio GameFocus est disponible. Dans cette édition enregistrée le 8 avril en soirée, nous nous questionnions si réellement Titanfall est le sauveur attendu de la Xbox One. Nous parlons également de la puissance accrue de la Xbox One en raison du passage à DirectX 12 et plusieurs autres sujets. Écoutez-nous ici sur le site ou via iTunes.

Lire la suite..

 GameFocus sur YouTube

GF-Youtube 

Vidéos dernièrement ajoutées

Cette semaine, le seul, l'unique et l'inimitable Steeve nous parle dans son commentaire vidéo, de sa passion pour les...

HDVS_CATEGORY: Blogues vidéos de l'équipe GF
HDVS_CATEGORY: Le GameFocus Show

Voici un bogue de combat plutôt gênant dans NHL 14!

HDVS_CATEGORY: Divers
HDVS_CATEGORY: Le GameFocus Show
HDVS_CATEGORY: Le GameFocus Show
Sondage

Avez-vous de l'intérêt pour les casques virtuels?

Oui - 50.6%
Non - 49.4%
Blogues

Vidéoblogue : Ma passion pour les FPS et son origine

Vidéoblogue : Ma passion pour les FPS et son origine

Dans ce nouvel épisode de mes Vidéoblogues GameFocus, j'aborde mon type de jeu favori : le FPS. De Wolfenstein 3D à Titanfall, en passant par Unreal Tournament 2004, Heretic ou Half Life 2, voici l'origine de cet amour pour le genre! Les jeux qui m'ont fait craquer, mes découvertes au fil du temps, la constatation que le style a bien évolué et grandi au fil du temps.


Lire la suite...

La fin du Xbox LIVE Pack de Famille m'a surpris!

La fin du Xbox LIVE Pack de Famille m'a surpris!

En douce, les gens de Microsoft ont abandonné le forfait Pack famille Xbox Live Gold l'an dernier qui permettait à une famille de deux adultes et deux enfants d’utiliser un seul abonnement Gold pour la famille. Si à la base ce changement de politique avait pour but d’adopter le principe d’un abonnement Gold unique par console Xbox One, il reste qu’elle a de quoi surprendre surtout pour ceux qui ne possèdent pas de Xbox One.


Lire la suite...

La Xbox One peut empêcher la capture vidéo de jeux non sortis

La Xbox One peut empêcher la capture vidéo de jeux non sortis

Avec la Xbox One, nous savions que Microsoft allait exercer un contrôle plus accru de ce que nous pouvons ou ne pouvons faire avec nos jeux. Si nous avons craint de voir arriver un système de validation via une connexion internet permanente, nous avons été rassurés à ce niveau à la sortie de la console. Mais il reste de petits éléments ici et là qui nous rappelle que le contrôle de Microsoft ou des éditeurs est bien réel avec la nouvelle génération.


Lire la suite...
À l'affiche sur GF TV

GFTV-section-small

GF-Show-small

GF-Twitt

Commentaires récents

Propulsé par Disqus
Blogues

Microsoft annonce son application Remote Desktop pour Windows Phone 8.1

Microsoft annonce son application Remote Desktop pour Windows Phone 8.1

Microsoft a annoncé qu’elle lance une version « preview » de sa propre application permettant le contrôle de bureau à distance sous Windows Phone 8.1. Cette annonce donne suite à celle qui dévoilait la même application pour plateformes Android. Alors que sont proposés plusieurs apps dans le Windows Phone Store pouvant effectuer la prise de contrôle d’un ordinateur sous Windows distant à l'aide de l'écran tactile, Microsoft promet que la sienne offrira performance et sécurité aux utilisateurs.
Pour le moment, il faut être participant à la phase bêta de Windows Phone 8.1 pour installer l’application Remote Desktop.


Lire la suite...

WhatsApp atteint les 500 millions d’utilisateurs mensuels

WhatsApp atteint les 500 millions d’utilisateurs mensuels

Quand Facebook a pris le contrôle de l’application WhatsApp en février dernier pour 19 milliards de dollars, on y voyait là une occasion d’affaires intéressante pour le géant des médias sociaux. Mais les chiffres présentés cette semaine sur l’utilisation de WhatsApp vont au-delà des prévisions avec plus de 500 millions d’utilisateurs actifs par mois. Ces derniers échangent près de 700 millions de photos et 100 millions de fichiers vidéo par jour.


Lire la suite...

Pas de gros iPhone avant 2015?

Pas de gros iPhone avant 2015?

Une importante rumeur concernant l’iPhone a été publiée aujourd’hui. Émanant de Taiwan, elle suggère que la sortie du gros iPhone 6 avec écran de 5,5 pouces serait repoussée jusqu'en 2015. Selon l’article du Industrial and Commercial Times, Apple aurait de sérieux problèmes à trouver le bon format de pile pour présenter un iPhone le plus mince possible. Idéalement, Apple chercherait à proposer un téléphone à moins de 2 mm d’épaisseur rappelant les iPad Air et MAcBook Air. Naturellement comme c’est toujours le cas, Apple ne commente pas le dossier.


Lire la suite...

Les précommandes de la tablette Xperia Z2 débutent

Les précommandes de la tablette Xperia Z2 débutent

Dès maintenant il est possible pour les consommateurs canadiens de commander la fameuse tablette Z2 de Sony. Cette dernière avait fait tourner bien des têtes en janvier dernier au salon CES de Las Vegas en raison de sa résistance à l’eau et à la poussière. Deux modèles sont disponibles au Canada, un avec 16 Go de stockage et l’autre avec 32 Go à respectivement 529 $ et 599 $. Côté puissance, la tablette compte sur un puissant processeur Snapdradon 801 quad cadencé à 2,3 GHz accompagnés de 3 Go de mémoire vive.


Lire la suite...