Test :: Heavenly Sword

Heavenly Sword

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le lundi 24 septembre 2007 20:00

Écrivez votre critique !

Suite à la première présentation de Heavenly Sword au E3, plusieurs observateurs semblaient emballés au plus haut point par cette nouvelle franchise. Pas nous. Oui, les images étaient sur la bonne voie et la bande-annonce intrigante mais, pour nous, le titre semblait vouloir s’orienter vers la bastonnade, genre que nous détestons au plus au point.

Nous avions donc rangé Heavenly Sword dans la catégorie des « titres à surveiller du coin de l’œil », sans plus. Cependant, au fur et à mesure que le titre se dévoilait et que Sony le « poussait » vers l’avant avec une campagne publicitaire bien ficelée, notre intérêt s’est mis à grandir au point où nous l’avons incorporé à notre liste de titres à surveiller de près.

Au fil des semaines, alors que les bandes-annonces déferlaient sur notre console sous la forme de dessins animés ou de « making of », nous étions complètement accrochés et nous comptions les jours qui nous séparaient de ce titre qui, nous l’espérions, ferait de notre PS3 une machine dédiée à la vengeance d’un peuple trop longtemps persécuté.


Heavenly Sword nous met dans la peu de Nariko, jeune guerrière dont le clan doit à tout prix protéger une épée légendaire portant le nom d’Heavenly Sword. Cette épée, aux pouvoirs fabuleux, est convoitée par le roi Bohan qui, depuis plusieurs années, tente de s’en emparer afin d’asseoir, une fois pour toute, sa domination sur toute la région.

C’est donc en désespoir de cause que notre jeune héroïne, suite à la capture de nombreux combattants de son clan, décidera d’utiliser l’artefact afin d’anéantir Bohan et toute sa troupe dans le but ultime de l’empêcher de poser, ne serait-ce qu’un seul doigt, sur la garde de l’épée céleste. Cette décision, prise en toute connaissance de cause, aura cependant de grandes répercussions sur l’avenir de Nariko.

L’intrigue nous est présentée par le biais de cinématiques tout à fait sublimes qui démontrent, hors de tout doute, la puissance de la PS3. Les visages sont superbement animés et, chose rare dans le monde des jeux vidéo, les yeux pétillent de vie. Le roi Bohan est particulièrement convaincant dans sa prestation et cela n’est certes pas étranger au fait que l’acteur Andy Serkis (Golum dans Le Seigneur des Anneaux) ait campé son rôle lors des séances de captures de mouvements.

N’allez cependant pas croire que les qualités graphiques du titre s’arrêtent au niveau des cinématiques. Les gens de Ninja Theory ont également pris soin de s’assurer que les graphismes en situation de jeu exploitent au maximum la console. Cela se traduit par des décors époustouflants, ayant une profondeur rarement égalée. On se surprend, par moment, à cesser notre aventure pour admirer les paysages majestueux tout en portant attention à la richesse des textures.

Sur un écran HD, le tout est absolument bluffant. Nous avons réellement l’impression d’être sur place alors que des volatiles s’activent au loin ou que les cascades déferlent le long des rochers. Les plus critiques noteront cependant, ici et là, certains ralentissements au niveau du moteur de jeu alors que celui-ci peine, par moment, à afficher tous les détails se trouvant dans notre champ visuel. C’est certes embêtant au point de vue technique mais, croyez-nous, cela n’affectera en rien votre expérience de jeu.

Les effets spéciaux sont également très bien réussis et on appréciera particulièrement les ralentis, lors des attaques « super style » de Nariko, alors que la caméra zoom sur celle-ci pour nous la présenter comme une magnifique arme de destruction massive.

C’est également lors de ce type d’attaque que l’on prend conscience de la subtilité de la bande sonore du titre alors que les vertèbres des ennemis craquent comme du bois sec lorsque Nariko tente, en vain, de régler les cas de torticolis qui font rage dans les rangs ennemis.

Les orchestrations sont également efficaces et servent bien le titre tout comme les bruitages associés aux différentes textures. Tirez une flèche sur du bois ou de la pierre et vous serez à même de constater que ces deux matériaux possèdent une sonorité distincte. Normal, direz-vous, mais nous tenons à vous rappeler que cela n’est pas toujours évident pour tous les ingénieurs de son qui travaillent dans l’industrie.

En ce qui concerne les voix, celles-ci sont tout simplement fabuleuses. Les acteurs qui ont participé à la version française sont excellents et débitent leur texte avec conviction et fluidité. Ce sont de vrais professionnels et ils nous en donnent pour notre argent. Le seul point négatif, en ce qui concerne cet aspect, réside dans le fait que la synchronisation n’est pas toujours au rendez-vous lors des cinématiques. Ainsi, il arrive parfois que Nariko continue à remuer ses lèvres pulpeuses malgré le fait qu’elle ait terminé de parler depuis une seconde ou deux. Dommage, mais un peu compréhensible si l’on prend en considération que le jeu supporte à la fois l’anglais, le français, l’espagnol ainsi que plusieurs autres langues !

Du côté de la jouabilité, Heavenly Sword est capable du meilleur comme du pire. Les contrôles sont à la fois simples et intuitifs alors que le triangle lance des attaques de vitesse et que le carré déclenche les attaques plus puissantes. Celles-ci peuvent également être effectuées à distance, dans un style rappelant God of War, alors que nous maintenons la touche L1 enfoncée.

Si l’adversaire est particulièrement coriace et que nous désirons nous servir de la puissance de l’épée céleste, il nous suffit d’appuyer sur la touche R1 en combinaison avec le triangle ou le carré pour décimer les adversaires. De plus, lorsque notre « jauge de style » est suffisamment remplie, il nous est possible d’appuyer sur le cercle pour admirer toute la dextérité de notre guerrière aguerrie alors qu’elle se débarrasse, avec panache, du pauvre nabot se trouvant devant elle. Vraiment simple et efficace.

Malgré cette belle réussite au niveau de la jouabilité du titre lors des combats rapprochés, il n’en est pas de même pour les armes utilisant les projectiles. Ainsi, lorsque le titre nous place dans la peau de Kai, ou que Nariko doive se servir d’un canon, les choses se compliquent grandement. Le réticule de visée est un peu trop sensible et a tendance à bouger rapidement. De plus, ce type d’attaque nous demande d’appuyer et de maintenir la touche carrée enfoncée pour entrer dans le mode « téléguidage » alors que le projectile débute sa course et que nous devons littéralement le guider en inclinant la manette afin d’utiliser les fonctions gyroscopiques de celle-ci.

Le tout fonctionne assez bien lorsque les cibles se trouvent à grande distance mais montre rapidement ses limites auprès des cibles plus rapprochées. Le tout devient alors hasardeux et frustrant, ce qui nous oblige à laisser tomber cette méthode pour laisser venir à nous les hordes d’ennemis afin de les abattre, au corps à corps, avec notre arc et nos flèches ou notre canon. C’est lors de situations comme celles-ci que nous prenons conscience du défaut majeur du titre: l’intelligence artificielle pratiquement déficiente.

En effet, les troupes du roi Bohan sont tout à fait imbéciles. Ils se déplacent de manière prévisible et il suffit de les observer quelques secondes pour être en mesure de les abattre avec une facilité déconcertante. De plus, il n’est pas rare de voir notre héroïne encerclée par une dizaine de combattants qui semblent sortir de l’école de danse tellement ils se déplacent avec grâce et coordination dans ce qui pourrait s’apparenter à une chorégraphie des Grands Ballets Canadiens! Malgré ce spectacle grandiose, mais néanmoins désolant dans un jeu vidéo, il est encore plus triste de constater que ceux-ci semblent vouloir lancer une manifestation pacifique alors qu’ils se déplacent de gauche à droite dans l’attente de nous voir porter le premier coup !

Heureusement pour nous, certains adversaires semblent avoir un Q.I un peu plus développé que les autres mais ils ne sont pas trop nombreux et nous aurons vite fait de les trucider pour passer à autre chose. Même les « boss » n’offrent qu’un challenge limité. Dommage.

C’est sans doute en raison de ce manque de combativité que le titre ne décolle jamais vraiment. On a beau avoir une histoire intéressante et des personnages bien campés, si le titre n’offre aucune urgence et ne nous donne pas la frousse par moment, on nage presque dans l’état végétatif et on traverse les différents chapitres « sur le radar » pour se rendre compte, après moins de neuf heures de jeu, que tout est terminé et que le frisson et l’extase tant attendus n’étaient pas au rendez-vous.

En bref, Heavenly Sword ne passera pas à l’histoire comme étant un jeu marquant et ne laissera pas une aussi forte impression que son cousin God of War. Il devrait cependant permettre aux artisans de Ninja Theory de profiter de l’expérience acquise pour revenir, nous l’espérons, avec un second opus qui pourrait, suite à certaines modifications, faire de la PS3 une vraie machine de guerre ou de véritables ennemis viendront croiser le fer avec la belle Nariko.

 


Pour
Graphisme sublime Histoire engageante Cinématiques époustouflantes Jouabilité simple et efficace
Contre
Intelligence artificielle qui laisse à désirer Très court Trop facile

Score final
8.1 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur PlayStation 3
2014-03-14 :: DragonBall Z Battle of Z
2013-11-07 :: LEGO Marvel Super Heroes
2013-11-03 :: Batman: Arkham Origins
2013-10-20 :: Puppeteer
2013-10-07 :: FIFA 14
2013-09-17 :: NHL 14
2013-09-12 :: Splinter Cell Blacklist
Derniers dossiers
Lego Legends of CHIMA Online Reportage

Lego Legends of CHIMA Online

Avec le succès des jeux Lego, la licence prend une nouvelle dimension en proposant cette aventure en ligne.  Basé sur le dessin animé, on sélectionne au début du jeu le personnage que l’on veut incarner parmi les quatre classes proposées. Comme vous vous en doutez, chacune offre une manière différente de combattre.
Lire la suite...

Détails sur le jeu
Heavenly Sword
Date de sortie : 2007-09-04
Console :
Éditeur : Sony Computer Entertainment
Développeur : Sony Computer Entertainment Europe
Genre : Action

Podcast

Podcast GF du 9 avril 2014

Podcast GF du 9 avril 2014

Une nouvelle émission dans le cadre de Radio GameFocus est disponible. Dans cette édition enregistrée le 8 avril en soirée, nous nous questionnions si réellement Titanfall est le sauveur attendu de la Xbox One. Nous parlons également de la puissance accrue de la Xbox One en raison du passage à DirectX 12 et plusieurs autres sujets. Écoutez-nous ici sur le site ou via iTunes.

Lire la suite..

 GameFocus sur YouTube

GF-Youtube 

Vidéos dernièrement ajoutées

Cette semaine, le seul, l'unique et l'inimitable Steeve nous parle dans son commentaire vidéo, de sa passion pour les...

HDVS_CATEGORY: Blogues vidéos de l'équipe GF
HDVS_CATEGORY: Le GameFocus Show

Voici un bogue de combat plutôt gênant dans NHL 14!

HDVS_CATEGORY: Divers
HDVS_CATEGORY: Le GameFocus Show
HDVS_CATEGORY: Le GameFocus Show
Sondage

Avez-vous de l'intérêt pour les casques virtuels?

Oui - 50.6%
Non - 49.4%
Blogues

Vidéoblogue : Ma passion pour les FPS et son origine

Vidéoblogue : Ma passion pour les FPS et son origine

Dans ce nouvel épisode de mes Vidéoblogues GameFocus, j'aborde mon type de jeu favori : le FPS. De Wolfenstein 3D à Titanfall, en passant par Unreal Tournament 2004, Heretic ou Half Life 2, voici l'origine de cet amour pour le genre! Les jeux qui m'ont fait craquer, mes découvertes au fil du temps, la constatation que le style a bien évolué et grandi au fil du temps.


Lire la suite...

La fin du Xbox LIVE Pack de Famille m'a surpris!

La fin du Xbox LIVE Pack de Famille m'a surpris!

En douce, les gens de Microsoft ont abandonné le forfait Pack famille Xbox Live Gold l'an dernier qui permettait à une famille de deux adultes et deux enfants d’utiliser un seul abonnement Gold pour la famille. Si à la base ce changement de politique avait pour but d’adopter le principe d’un abonnement Gold unique par console Xbox One, il reste qu’elle a de quoi surprendre surtout pour ceux qui ne possèdent pas de Xbox One.


Lire la suite...

La Xbox One peut empêcher la capture vidéo de jeux non sortis

La Xbox One peut empêcher la capture vidéo de jeux non sortis

Avec la Xbox One, nous savions que Microsoft allait exercer un contrôle plus accru de ce que nous pouvons ou ne pouvons faire avec nos jeux. Si nous avons craint de voir arriver un système de validation via une connexion internet permanente, nous avons été rassurés à ce niveau à la sortie de la console. Mais il reste de petits éléments ici et là qui nous rappelle que le contrôle de Microsoft ou des éditeurs est bien réel avec la nouvelle génération.


Lire la suite...
À l'affiche sur GF TV

GFTV-section-small

GF-Show-small

GF-Twitt

Commentaires récents

Propulsé par Disqus