Test :: Call of Duty 4: Modern Warfare

Call of Duty 4: Modern Warfare

Un changement que personne ne regrettera

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le lundi 19 novembre 2007 19:00

Écrivez votre critique !

Après avoir été le chef de file en matière de jeu portant sur la Deuxième Guerre mondiale, Call of Duty débarque maintenant sur le marché tout aussi saturé des shooters des temps modernes. Le résultat est indéniablement bon : il prend toutes les qualités des titres précédents, leur ajoute un scénario plus profond et un mode multijoueur plus intéressant, et lui donne en plus un vent de fraîcheur en changeant d’époque. On a donc droit, encore une fois, à un jeu dont l’unique réel défaut est de finir bien trop vite.

 

 


Modern Warfare nous place dans la peau de différents soldats américains et britanniques qui combattent autant au Moyen-Orient qu’en Russie. Ils se lanceront à la poursuite de terroristes qui profitent de mouvements révolutionnaires en Arabie Saoudite afin de mettre la main sur des armes nucléaires. Le tout n’a rien de bien extraordinaire, mais c’est déjà mieux que les documentaires en noirs et blancs des titres précédents. La qualité de la présentation et de la trame sonore donne cependant beaucoup de crédibilité à l’histoire qui, sans trop vous en dire, comporte certains moments forts, notamment la fin.



L’essentiel du gameplay solo n’a pas changé. On nous place au cœur de batailles à grand déploiement, avec des dizaines et des dizaines de soldats qui tirent dans tous les sens. Notre rôle semble donc parfois plus ou moins important tellement on a l’impression d’être un pion dans quelque chose qui nous dépasse. Cette impression est d’ailleurs ce qui fait toute la puissance du titre : les hélicoptères volent dans tous les sens, le bruit des balles est assourdissant, le chaos est total. Le jeu se situe à la limite entre la simulation et l’arcade : il faut se couvrir et prendre le temps de viser si l’on souhaite être efficace, mais le système de régénération de la vie fait en sorte que chaque erreur n’est pas fatale. Plusieurs petits éléments rendent le tout plus agréable, notamment l’indicateur de grenades qui nous montre l’emplacement de celles qui atterrissent près de nous et la possibilité de descendre les ennemis à travers les murs, une nouveauté.



En plus de nous faire vivre des situations fortes en adrénaline (et hautement scriptées, il faut l’avouer), la campagne a aussi le mérite de nous placer dans de nombreuses situations agréablement variées. Le jeu débute par l’assaut d’un paquebot, se continue par une guerre urbaine au Moyen-Orient, et passera par l’infiltration d’une ville fantôme près de Tchernobyl et l’attaque nocturne d’un village en Russie. Il y a même une très intéressante mission dans laquelle on est aux commandes des armes d’un gunship survolant une bataille. À l’aide de la pas très claire caméra de vision nocturne, il faut utiliser les trois armes de l’avion afin de supporter nos alliés en bas. Un vrai délice! Les développeurs ont vraiment réussi à varier le rythme et à nous garder accrochés du début à la fin.


 

Parlant de fin, il faut avouer qu’elle arrive bien trop vite. Au niveau de difficulté normal, le jeu se termine en environ six heures. Il est toutefois possible de le régler à difficile ou à vétéran, bien que le dernier puisse s’avérer particulièrement frustrant. Un mode arcade fait aussi son apparition, proposant un second passage à travers la campagne.  Ce dernier nous récompense pour éliminer plusieurs ennemis un à la suite de l’autre, nous forçant donc à viser juste et à bouger vite. On perd alors l’effet cinématique et réaliste de la bataille au profit de plus d’action, mais le résultat est tout de même agréable. Un petit bonus apprécié, quoi.

Bref, la campagne de Modern Warfare est extrêmement intéressante et peut rejoindre tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux shooters. Les niveaux de difficulté et le mode arcade n’arrivent toutefois pas à faire oublier qu’elle finit bien trop vite. Pour cette raison, ceux qui ne sont pas intéressés par le multijoueur peuvent certainement se contenter d’une location. Ils passeraient toutefois à côté de 95% de ce qu’est vraiment CoD 4.

 

En effet, le mode multijoueur de CoD 4, qui se joue autant en écran partagé qu’en liaison multiconsole ou sur Xbox Live, est tout simplement épatant, probablement meilleur encore que celui de Halo 3. Il a tant de qualités que je ne sais pas par où commencer!

 

D’abord, avec leur « Create a Class », Infinity Ward ont réussi là où Rainbow Six : Vegas avait échoué en nous permettant de personnaliser notre soldat de manière significative tout en offrant un gameplay bien balancé. Le jeu nous permet en effet de créer cinq classes personnalisées en nous laissant choisir notre arme principale, notre arme secondaire et trois perks. Ces derniers sont des bonus où des habiletés spéciales qu’il faut choisir avec soin en tenant compte de notre style de jeu. Le premier perk nous donne accès à plus d’équipement, par exemple à un lance-grenades sur un fusil d’assaut, ou encore à des C4, à des claymores, à plus de grenades à fragmentation ou à plus de grenades spéciales, et même à deux roquettes pour le bon vieux RPG. Les deux autres donnent des bonus très divers. Certains sont offensifs, par exemple une augmentation du dommage causé par les balles ou par les explosions, ou encore permettent à nos projectiles de traverser plus aisément les murs. D’autres sont plus défensifs, augmentant notre vie ou nous permettant de sprinter plus longtemps. Finalement, il faut noter l’originalité de deux perks très populaires. Le premier, Last Stand, nous permet, une fois abattu, de sortir notre pistolet et, couché sur le sol, d’essayer d’abattre notre assaillant dans un ultime effort. Un autre, Martyrdom, nous fait dégoupiller une grenade au moment de notre mort, tuant ainsi tout ennemi pressé de traverser notre corps (les développeurs l’ont surnommé l’anti-teabagger, en l’honneur de ceux qui aiment rapprocher leurs fesses des visages des défunts!). Les perks font réellement une différence, et les utiliser conjointement peut être dévastateur. Quelqu’un qui combine un supplément de grenades à fragmentation à un bonus dans les armes explosives sera très dangereux s’il les utilise intelligemment. Un autre qui possède à la fois Double Tap, qui augmente la cadence de tir, et Steady Aim, qui augmente la précision lorsqu’on tire sans viser, gagnera bien plus facilement les face-à-face surprises.

 

 


Il y a environ une vingtaine d’armes à débloquer, et, heureusement, ce ne sont pas nécessairement les meilleurs que l’on débloque vers la fin. Elles tendent seulement à être plus spécialisées à mesure que l’on avance, rendant du coup les premières moins puissantes mais plus polyvalentes. À mesure qu’on les utilise, on débloque différents attachements pour les personnaliser, comme un laser ou une lunette de visée, ou encore un silencieux qui nous permet de ne pas apparaître sur un radar ennemi lorsqu’on tire. Encore une fois, il faut faire des choix douloureux, puisque chaque accessoire a ses avantages et ses inconvénients.

 

Le système d’expérience qui régit le tout est aussi extrêmement bien songé. Plutôt que de nous récompenser pour des actions quasi-impossibles comme le fait Battlefield, il nous donne des points pour environ tout ce que l’on accomplit. D’abord, on a des points pour abattre un adversaire ou encore pour assister un de nos alliés dans cette même tâche. De plus, participer à l’accomplissement d’un objectif donne aussi un nombre intéressant de points d’expérience, ce qui encourage les joueurs à tenter de gagner les matchs plutôt que d’avoir simplement le plus grand nombre de tués possible. Finalement, de nombreux challenges nous sont proposés, qui récompensent  à peu près tout : faire un certain nombre de frags  ou de tirs à la tête avec une certaine arme, tué le porteur d’une bombe ou encore la désamorcer, abattre un hélicoptère, sprinter 26 milles, et quoi encore. La progression se fait rapidement et nous donne vraiment l’impression que tout ce que l’on fait compte, tout comme un bon jeu de rôle le ferait.

 

Comme je le disais, le plus incroyable là-dedans est que le jeu est parfaitement bien balancé. Chaque type d’arme a son utilité bien particulière, et aucune ne semble être trop forte, comme c’était le cas du Kar98 dans les titres précédents. Le système de radar est aussi fort intéressant, n’indiquant la position de l’ennemi que lorsqu’il fait feu. Ajoutez à cela la Killcam, qui nous montre notre mort vue à travers les yeux de notre ennemi, et vous avez là deux bonnes raisons de changer de cachettes après avoir descendu quelqu’un. De plus, la possibilité d’abattre nos adversaires au travers des murs est un autre incitatif à ne pas camper trop longtemps au même endroit. Finalement, le système de résurrection est excellent puisqu’il nous place presque toujours à côté de nos alliés, ce qui fait qu’on a vraiment l’impression que deux groupes de soldats s’affrontent. Afin de récompenser les joueurs les plus efficaces, des petits bonus sont offerts lorsqu’on fait un certain nombre de frags sans mourir. Après trois ennemis abattus, on a droit à une unité de reconnaissance qui indique périodiquement la position de nos ennemis à nous et à nos alliés pendant trente secondes. Puis, après cinq ennemis descendus, on peut appeler une frappe aérienne précise sur n’importe quel point de la carte. Finalement, après une série de sept meurtres sans mourir, on peut appeler un hélicoptère qui survolera le champ de bataille. Dans tous les cas, l’avantage est certain, mais pas absolu. Les frappes aériennes ne tuent rarement plus d’une ou deux personnes, alors que les hélicoptères, bien que très puissants, peuvent être abattus assez facilement à l’aide d’un lance-roquettes ou d’une mitraillette lourde.

 

Call of Duty 4 excelle aussi au niveau des modes de jeu. Il y en a une grande variété, et tous sont pertinents. Il y a bien sûr les classiques, comme le chacun pour soi et le match à mort en équipe. Deux modes de jeu incluent une bombe qu’il faut transporter et aller planter sur l’objectif. Le premier, sabotage, est un peu plus arcade, avec résurrection à volonté et une seule bombe au milieu de la carte. L’autre, Search & Destroy, est un excellent remake de Counter Strike, sans résurrection et avec une bombe à planter à un des deux sites disponibles. Headquarters et Domination sont deux types différents qui s’articulent autour d’objectifs à capturer et à conserver le plus longtemps possible, concentrant du coup l’action dans de petites pochettes très intenses. Finalement, il y a les modes hardcore, qui font disparaître le HUD et qui augmentent les dommages des armes, et les modes Old School, qui nous demandent de ramasser armes et power-ups comme dans le bon vieux temps. Il y en a définitivement pour tous les goûts, et si aucun des modes n’est à votre goût, c’est que vous n’aimez pas les shooters. Point.

 

 

Le tout est jouable sur pas moins de seize cartes qui sont, à l’instar de la campagne, plutôt variées. Si un bon nombre d’entre elles se déroulent en milieu urbain, une petite visite sur un cargo ou encore dans une base militaire vient introduire de nouvelles situations de combat. Elles sont presque toutes à leur meilleur en six contre six, ce qui est le nombre normal de joueurs dans une partie. Les quelques voitures dispersées çà et là peuvent exploser, ce qui nous pousse à y penser deux fois avant de se mettre à couvert derrière elles. Cependant, rien d’autre n’est interactif dans les environnements, ce qui est un peu dommage, mais on se contentera pendant un bon moment de tirer à travers les murs. La plupart des cartes se jouent très bien dans tous les modes de jeu, ce qui fait qu’on peut très bien choisir toujours le même type de partie et ne pas avoir l’impression de jouer toujours les mêmes cartes.

 

Il faut préciser que, pendant ma période de test, j’ai expérimenté très peu de problèmes de connexion. L’interface pour trouver des parties est simple, efficace et rapide. La manière à laquelle les équipes sont balancées m’échappe toujours, mais sinon il n’y a vraiment rien à dire à ce niveau. On voit qu’on a appris des leçons depuis le lancement désastreux de Call of Duty 3.

 

 


Au niveau de la présentation visuelle, la série est à la hauteur des expectations qu’elle a créées. Les graphiques sont sublimes, surtout en mouvement. Les animations sont réalistes et fluides et les effets de lumières éclatants. De plus, même lorsque l’action était intenable, le taux d’images par secondes est resté impeccable. Regarder une bataille à travers les lunettes de vision nocturne est quelque chose de rare, surtout grâce aux lasers des armes qui pointent dans tous les sens. Certes, le moteur n’offre pas des textures dignes de l’Unreal Engine, mais en mouvement, il est épatant. Les graphiques sont accompagnés d’une bande sonore tout simplement parfaite. On remarquera d’abord le jeu des acteurs qui est excellent, aidé par une écriture moins caricaturale que dans les épisodes précédents. Puis, le bruit assourdissant des batailles renversera quiconque a un système de son moindrement puissant. Non seulement les bruits des armes et des explosions sont très réalistes, mais la précision des commentaires de nos alliés qui crient « He’s behind the red car » est toujours impressionnante. La musique originale n’est pas mal du tout et vient harmonieusement compléter le tout.

 

En résumé, Call of Duty 4 a tout pour lui : une présentation superbe et originale, un mode solo intense et varié et un mode multijoueur profond et enlevant. Son seul réel défaut est de finir bien trop vite en solo. La conclusion est claire : si le multijoueur vous intéresse, courrez vous l’acheter. Dans le cas contraire, une location sera suffisante. Mais quoi qu’il en soit,  ne passer pas à côté de ce jeu qui va rejoindre la liste déjà longue des prétendants au titre de jeu de l’année.

 

 


Pour
-Campagne intense et bien présentée -Mode multijoueur complet et varié -Le "Create a Class" est très bien conçu -Graphiques superbes -Trame sonore est ahurissante -Tirer au travers des murs est tout simplement jouissif
Contre
-La campagne est trop courte

Score final
9.2 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur Xbox 360
2014-01-12 :: Just Dance 2014
2013-11-21 :: Rocksmith Édition 2014
2013-10-29 :: Skylanders SWAP Force
2013-09-16 :: Grand Theft Auto V
2013-09-05 :: Madden NFL 25
2013-06-15 :: GRID 2
2013-05-30 :: Fuse
2013-04-18 :: Injustice: Gods Among Us
Derniers dossiers
DOSSIER: La première année de la Xbox One Reportage

DOSSIER: La première année de la Xbox One

C’était l’an dernier à pareille date, Microsoft lançait la Xbox One, sa 3e console de salon. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle a fait parler d’elle cette console, et ce, dès son dévoilement officiel le 21 mai 2013. Déjà on parlait dans les coulisses de cette possible connectivité obligatoire de la future console et de son incapacité à lire des jeux usagés. 
Lire la suite...
Soirée de lancement d’Assassin’s Creed Unity à Montréal Reportage

Soirée de lancement d’Assassin’s Creed Unity à Montréal

Comme nous l’a habitué Ubisoft, chaque sortie de jeu est l’occasion de célébrer. Assassin’s Creed ne fait pas exception alors que dans la soirée du 10 novembre, les amateurs de la franchise à succès d’Ubisoft Montréal étaient invités à venir souligner la sortie de pas un, mais deux jeux, Assassin’s Creed Unity et Assassin’s Creed Rogue. Lire la suite...
Événement des fêtes Nintendo 2014 Dossiers

Événement des fêtes Nintendo 2014

Mercredi dernier, Nintendo Canada tenait à Montréal son événement annuel afin de montrer les titres qui vont être disponibles pour la période des fêtes. Ce fut donc pour nous l'occasion de faire l'essai de plusieurs des titres qui vont occuper les froides soirées d'hiver. Comme c'est le cas avec Nintendo, il y a beaucoup de jeu qui se retrouvera sous le sapin des amateurs cette année. Parmi les titres qui ont retenu notre attention on retrouve le très attendu Super Smash Bros WiiU., Capitaine Toad: Treasure Tracker pour la WiiU et Sonic Boom. Lire la suite...
Game-Focus au Comiccon de Québec : Vu par Nicolas Reportage

Game-Focus au Comiccon de Québec : Vu par Nicolas

Cette fin de semaine, je plongeais tête baissée dans le merveilleux monde de la «pop culture» lors du tout premier Comiccon de la ville de Québec. De mon côté, c'était aussi une première participation à ce genre d’événement geek. Costumes, bandes-dessinées, vedettes, conférences et soirée rétrogaming étaient tous au menu de cette journée puisque j'ai eu la chance de participer uniquement à la journée de samedi. Lire la suite...

Détails sur le jeu
Call of Duty 4: Modern Warfare
Date de sortie : 2007-11-5
Console :
Éditeur : Activision
Développeur : Infinity Ward
Genre : Jeu de tir (FPS)

À l'affiche sur GF TV

GFTV-section-small

thumb_image

Émission du 20 novembre

Premières impressions

The Crew

The Crew
Lors de son annonce en 2013, plusieurs avaient été étonnés qu’Ubisoft s’associe avec Ivory Tower pour proposer un jeu de course uniquement multijoueur. C’est un pari risqué des développeurs, car il existe peu de jeu de voiture proposant un monde connecté qui a fonctionné ces dernières... Lire la suite...

Plus d'avant-premières
Podcast

Podcast Radio GameFocus d'octobre 2014

Podcast Radio GameFocus d'octobre 2014

Régulièrement, des membres de l'Équipe de rédaction de GF se rencontre pour une série de discussions parfois très profondes et parfois très imbéciles. Suivez-vous dans l'émision d'octobre 2014. Lien vers la section podcast: http://www.game-focus.com/game-focus/contenu-redactionnel/podcast-radio-gf

Lire la suite..
Sondage

Avez-vous débranché Kinect?

Également sur GF

AccroTechno-accueil

Cinevore-accueil

Les Blogues de la rédaction

Vidéoblogue : La panique Techno-Geek

Vidéoblogue : La panique Techno-Geek

La technologie prend beaucoup de place dans nos vies de tous les jours, que ce soit au niveau du jeu vidéo, du téléphone cellulaire, de la tablette ou de la télévision. Dans ce nouveau vidéoblogue, j'aborde ce sentiment unique de la panne technologique menant à la 'panique techno-geek'. Vous savez, cet instant où votre tablette fige, votre PS4 ne répond plus, que le célèbre Red Ring of Death s'en prend à votre Xbox 360


Lire la suite...

Vidéoblogue : Les jeux qui font peur

Vidéoblogue : Les jeux qui font peur

Dans ce tout nouveau vidéoblogue que l'on pourrait classer dans la catégorie ''Spécial Halloween'', je partage avec vous ma relation ''amour-haine'' avec un certain type de jeu vidéo : celui du jeu d'horreur. Ou de survival-horror, ou celui qui simplement, nous donne froid dans le dos en y jouant (FPS, survival ou autre). Mais qu'est-ce qui fait un bon jeu vidéo horrifique? 


Lire la suite...

Vidéoblogue : L'achat de ma première PlayStation

Vidéoblogue : L'achat de ma première PlayStation

À travers ce nouveau vidéoblogue, je raconte oui, l'achat de ma première console PlayStation en 1995, mais aussi, mes quelques mois en sa compagnie. Échanger mon Super Nintendo et mon SEGA Genesis pour acheter une PlayStation? Sage décision? Décision rationnelle, raisonnable et logique? 


Lire la suite...

GF-Twitt

Vous aimez ou pas?

Commentaires récents

Propulsé par Disqus