Test :: Merchants of Brooklyn

Merchants of Brooklyn

Nous aide à épargner

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le samedi 16 mai 2009 20:00

Écrivez votre critique !

20$, c’est une belle petite somme! Avec un billet de vingt dollars, on peut aller voir un film, se payer un petit repas au resto ou s’acheter le gros succès vidéoludique de l’année dernière. Par contre, avec un billet de vingt dollars, on a aussi la possibilité de le gaspiller pour des sottises, comme pour des bonbons à un sou, un vélo rouillé ou pour Merchants Of Brooklyn. Donc, dans cette critique, vous allez apprendre qu’épargner est peut-être mieux que de se laisser tenter par Merchants Of Brooklyn.
 

Tout d’abord, avant d’entrer dans le vif de la critique de Merchants Of Brooklyn, un petit cours d’histoire sur ce jeu s’impose. Premièrement, MOB est une nouvelle licence créée par le studio californien Paleo Entertainment. Deuxièmement, le petit studio acquière le Cry engine 2 (moteur graphique de Crysis) dans le but de faire son jeu dans une palette graphique époustouflante. Troisièmement, le 17 mars, le jeu est lancé sur steam, à 20$. Plus tard dans la même journée, on découvre que le studio s’est trompé et a offert la version alpha du jeu, ce qui rend Merchants Of Brooklyn injouable et extrêmement «bogué»(crash, basse de FPS, sauvegarde qui ne marche plus, etc.). Quelques semaines plus tard, après un nombre incroyable de retouches, le jeu commence à se stabiliser sans toutefois être à point. Aujourd’hui, le jeu est à 10$ mais garde encore un goût amer.

Pour commencer, ce jeu prend place en l’année 3100 à Brooklyn. Avec le temps, les rues de la ville ont été recouvertes par la mer. Cependant, cela n’a pas empêché l’homme de reconstruire la ville par-dessus les ruines, mais la main-d’œuvre manque. Ils n’ont eu d’autres choix que de faire revivre des hommes de l’époque néandertalienne et d’en faire leurs esclaves. La ville se voit donc divisée en deux parties soit dans les sommets des gratte-ciels, le gratin de la société, et dans les bas fonds, les pauvres hommes du Néandertal perdus dans un monde violent. Quant à nous, le joueur, on incarne l’un de ces hommes des cavernes, un des plus grands guerriers utilisés dans des combats mortels illégaux. Malheureusement, on se fait arracher un bras lors d’un match et, en guise de compensation, on se voit offrir un bras bionique créé par un étrange scientifique. Avec l’aide  de ce type, vous pourrez gagner votre liberté et casser la gueule à tous ceux qui vont essayer de vous en dissuader.

 

Malgré l’originalité du scénario, l’histoire est inintéressante. Les rares scènes d’histoire sont présentées sous forme de bandes dessinées peu attrayantes. De plus, les dialogues sont ennuyeux et ne nous insiste qu’à les ignorer. La cerise sur le gâteau, le jeu est entièrement en anglais et ne présente aucun sous-titre. De plus, jouer avec un Steam programmé en français engendrait divers plantages du jeu. Je me suis donc vu obliger de changer les options de mon compte. En bref, niveau scénario, un bel échec.

Ensuite, avant de m’attaquer à la jouabilité, il vaut mieux écrire sur l’aspect le plus « réussi » du jeu en parlant du design et des graphismes. Merchants Of Brooklyn est un beau mélange entre la bande dessinée et des décors réalistes. Même si le moteur graphique Cry Engine 2 n’est pas exploité de façon complète, ça n’empêche pas de rendre MOD beau. Les textures sont détaillées et variées, elles se mixent bien avec les personnages très «cartoonesques» du titre. Les déceptions viennent des animations étranges, mais qui expriment de façon décente l’univers de B.D. de Merchants Of Brooklyn. Le gros bémol provient toutefois du design des niveaux qui est très répétitif. Lorsqu’on voit un nouveau décor, il semble se répéter sans cesse tout le long du niveau et donne l’impression d’être complètement perdu. En résumé, le titre est une coche en-dessous de la qualité visuelle de Crysis, mais il s’en sort bien malgré d’anormales variations de FPS, par moment, qui rendent le jeu pénible, ou encore, plus pénible à jouer.

Nous voilà donc arrivés au plat principal, la jouabilité. Avant tout, mes attentes pour ce jeu étaient minimes, je savais très bien que j’allais avoir un jeu simple, rapide, dans lequel je ne devrais pas me casser la tête, un jeu dit « old school » quoi. Malheureusement, Merchants Of Brooklyn n’a même pas atteint ces simples petits critères. En premier lieu, l’intelligence artificielle est inexistante, c’est à peine si elle bouge. On a beau croire que les développeurs voulaient souligner la stupidité de l’homme préhistorique, toutefois ils ont poussé le bouchon trop loin. Les ennemies courent face première devant un mur, par moment, vous ignore et, une seconde plus tard, ils s’entretuent. Ils sont incroyablement stupides et lorsqu’ils tentent de vous faire la peau, ils ne font que courir latéralement en tirant sur vous et font des cibles faciles. Les boss suivent ce même pattern et,  par moment, ils sont si cons qu’on les tue en quelques secondes à peine.

 

Quant au reste du jeu, il reste très à l’ancienne, heureusement. On met à notre disposition un beau petit arsenal classique (mitrailleuse, lance-roquette, etc.) doté d’un tir principal et secondaire qui vient de notre bras bionique. Ces armes nous sont données à des moments précis du jeu, sans raison, à part une petite phrase : « Je viens de finir ta nouvelle arme, je fais la mise à jour de ton bras! » C’est con, surtout que seule l’arme de base est vraiment la plus amusante. Il s’agit du bras lui-même, parce qu’il permet de faire littéralement exploser l’ennemi d’un coup de point chargé. En plus, on peut prendre les restes de notre adversaire et les saturer d’énergie avec notre bras pour les lancer comme des grenades. Le bras permet aussi de faire des exécutions violentes et drôles, il faut les voir pour les apprécier.

En conclusion, Merchants Of Brooklyn est mauvais, très mauvais. Son intelligence artificielle n’est même pas digne du premier James Bond. Son scénario est vraiment ennuyeux et sa durée de vie est limitée à trois heures de jeu tout au plus. Même s’il offre un jeu ligne, je n’ai jamais rencontré un autre joueur assez fou pour le tester en multijoueurs. Un jeu à éviter à tout prix.


Pour
-Beau -Bras bionique
Contre
-IA nulle -Court -Taux d’images par seconde trop variable -Nombreux Bugs -Totalement en anglais, sans sous-titre -Multijoueurs plate -Scénario ennuyeux

Score final
3.7 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur PC
Derniers dossiers
Déballage console SEGA Genesis 80 jeux et premières impressions Dossiers

Déballage console SEGA Genesis 80 jeux et premières impressions

La société chinoise AtGames produit différentes consoles rétro avec jeux intégrés, tel que la SEGA Genesis, le Colecovision et le célèbre Atari 2600. Proposant du coup des dizaines de jeux pré-installés dans ces systèmes, on tente d'y faire revivre ou plutôt préserver la mémoire de nombreux classiques de ces consoles du passé et de faire plaisir aux amateurs de retrogaming. 
Lire la suite...
Reportage : GameFocus joue à Super Mario Maker Reportage

Reportage : GameFocus joue à Super Mario Maker

Hé oui, c'est lors d'une courte visite au magasin Best Buy des Galeries de la Capitale à Québec, que j'ai eu la chance d'essayer le jeu de plateforme Super Mario Maker, l'exclusivité Nintendo Wii U. Lire la suite...
Warner Bros. Games Montréal célèbre ses 5 ans d'existence Reportage

Warner Bros. Games Montréal célèbre ses 5 ans d'existence

Voilà déjà cinq ans que le studio Warner s'est installé à Montréal et depuis son arrivé, beaucoup de chauves-souris ont passé sous les ponts. Ce studio est principalement connu pour son travail sur les jeux Batman: Arkham Origins et Batman : Arkham City Armored Edition (WiiU). Il ne faut pas non plus oublier le jeu LEGO Chima Online. Lire la suite...
 GameFocus à la présentation d’Assassin’s Creed Syndicate Reportage

GameFocus à la présentation d’Assassin’s Creed Syndicate

Ce mardi 12 mai, les gens d’Ubisoft Québec invitaient les membres de la presse et les dignitaires à souligner avec eux à la fois les 10 ans du studio dans la ville de Québec, mais surtout que le studio se voit présenter son plus gros mandat  à ce jour, soit la production entière d’un nouveau titre de la franchise Assassin’s Creed. Lire la suite...

Détails sur le jeu
Merchants of Brooklyn
Date de sortie : 2009-03-17
Console :
Éditeur :
Développeur : Paleo Entertainment
Genre : Jeu de tir (FPS)

Premières impressions

Tom Clancy's Rainbow Six: Siege

Tom Clancy's Rainbow Six: Siege
C’est lors de l’E3 2014 que le prochain opus de la série Rainbow Six a été annoncé. Toujours basé sur l’univers des romans de Tom Clancy’s, le titre est développé par Ubisoft et sera disponible cette année sur PC, PS4 et Xbox One. Misant cette fois-ci principalement sur le multijoueu... Lire la suite...

Rive

Rive
Aujourd’hui il existe de nombreux jeux de plateformes de tout genre et lorsque des développeurs décident d’aller dans cette voie, les attentes sont élevées dû au grand catalogue offert aux joueurs. Malgré tout cela, les développeurs de Two Tribes n’ont pas eu peur et nous offre un jeu d... Lire la suite...

Plus d'avant-premières
Podcast

Radio GF de mars 2015

Radio GF de mars 2015

Chaque mois, des membres de l'équipe de rédaction de GameFocus se réunissent pour parler de jeux dans un contexte détendu et amusant. Nous recevons dans cette émission Kevin, un lecteur et ami de longue date de GameFocus . Nous vous invitons à télécharger cette émission dès maintenant.

Lire la suite..
Sondage

Casques VR: Penchez-vous plus vers l'Oculus Rift ou le Morpheus?

Oculus Rift - 29.4%
PlayStation Morpheus - 70.6%
Également sur GF

AccroTechno-accueil

Cinevore-accueil

Les Blogues de la rédaction

Vidéoblogue : Consoles portables VS Appareils mobiles

Vidéoblogue : Consoles portables VS Appareils mobiles

Jouer sur une console portable ou sur une tablette? Est-ce que les consoles portables sont mortes? Jouer sur un appareil mobile à écran tactile propose-t-il une expérience de jeu comparable à ce que propose une 3DS ou une PS Vita? Il y a de bons jeux sur tablette, évidemment, mais votre expérience de jeu est-elle diminuée puisque vous n'avez pas de boutons, de stick analogue ou de gâchettes dans un jeu de tir ou de plateforme? 


Lire la suite...

Vidéoblogue : Louer des jeux vidéo en 1989

Vidéoblogue : Louer des jeux vidéo en 1989

En 2015 est-ce toujours chose commune que de louer des jeux vidéo dans un club vidéo? Personnellement, ce n'est plus mon cas. Mais il fût un temps, une époque où la location de jeux vidéo était l'une de mes activités favorites. Mon adolescence, partagée entre les salles d'arcade et la location de nouveaux jeux vidéo, était source de plaisir vers la fin des années 80, début 90. 


Lire la suite...
GF-Twitt
Vous aimez ou pas?
Mortal Kombat (PS Vita)
The Golf Club (Xbox One)
Fifa 14 (PlayStation 4)
Monster Hunter 4 Ultimate (Nintendo 2DS & 3DS)
LEGO City Undercover (Nintendo WiiU)

Commentaires récents

Propulsé par Disqus

Tag Code: