Test :: Operation Flashpoint: Dragon Rising

Operation Flaspoint : Dragon Rising

Le meilleur simulateur de guerre sur le marché malgré ses défauts

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le jeudi 5 novembre 2009 19:00

Écrivez votre critique !

À la guerre comme à la guerre, les simulations du genre à la vue FPS se font rares. Nous pouvons les compter aux nombres de trois : ArmA, America’s Army et Operation Flashpoint. Les deux premiers étant soit remplis de bogues, soit développés par l’armée américaine, nous accueillons toujours forcément Opération Flashpoint avec une certaine envie. Que vaut ce second épisode sous-titré Dragon Rising?

Scénario

Comme d’habitude, les Américains sauvent le monde, jusque-là rien de nouveau. L’innovation vient du fait que ce n’est pas la Seconde Guerre mondiale étudiée, merci Codemasters, mais une guerre fictive se déroulant sur une île également fictive intitulée Skira. Les événements se déroulent en 2012 et voient donc les Russes déclarer la guerre à la Chine, pour une histoire de pétrole découvert peu de temps avant, qui découvrit au XVe siècle cette fameuse île perdue quelque part à l’est d’Asie. Mais tout le monde a oublié l’histoire sauf les Chinois et, pour éviter que la guerre ne devienne mondiale, les Américains, à la demande des deux pays concernés, interviennent pour mettre de l’ordre dans la bataille. Au final, le scénario peut sembler basique au premier abord, mais ce dernier est sympathiquement raconté à travers des cinématiques certes seulement écrites, mais avec des montages bien faits, ce qui nous permet de nous embarquer sans effort dans ce contexte tumultueux.

Graphisme

Cette version PC souffre beaucoup moins, que la version Xbox 360, de clipping. L’île est vaste et sans aucun temps de chargement, les décors sont tantôt touffus avec des forêts, tantôt désertique avec des maisons en ruines. Sinon, l’ensemble se porte plutôt bien, dans la ligné des jeux à la première personne et les mouvements du soldat nous plonge dans sa souffrance, surtout quand on sprinte sur une longue période et que le pauvre n’en peut plus jusqu’à nous obliger de nous reposer quelques secondes pour ne pas dire quelques minutes. Enfin, on appréciera la distance d’affichage à la hauteur qui rend hommage au 220km² de l’île et le fait que les événements se déroulent en temps réel. Attendez un certain temps, et vous pourrez effectuer vos missions de nuit si vous le souhaitez.

Gameplay

La simulation poussée à son paroxysme, voilà ce que l’on nous promettait. Seulement, si vous voulez profiter pleinement du jeu, laisser le mode normal dans l’hélicoptère avant de sauter en parachute sur Skira. Optez directement pour le niveau de difficulté maximal. Ce choix n’étonnera pas ceux qui achèteront le jeu puisqu’ils l’achèteront pour le côté simulation, si vous voulez jouer à la « guéguerre », Call of Duty Modern Warfare 2 arrive en grandes pompes. Qui dit simulation, dit forcément stratégie de guerre pour mener à bien vos offensives. Pour cela, vous serez accompagné de trois soldats répondants à vos ordres, bien qu’ils n’en fassent qu’à leur tête le plus souvent. Le système d’ordre se matérialise par une roue très bien pensée, à défaut d’être originale, qui permet de sélectionner une tripotée d’ordres et d’actions faisables par vos acolytes. Ainsi, vous pourrez, entre autres, changer votre formation, les diriger à la baguette en leur indiquant l’endroit où aller, les autoriser à ouvrir le feu sur tout ce qui bouge ou uniquement de riposter, voire même en les interdisant complètement de tirer une seule balle.  Il vous sera également possible de choisir un à un vos compagnons pour une meilleure organisation et ainsi pouvoir attaquer de quatre côtés différents.  De plus, tout ceci peut être appuyé par un soutien aérien. Comprenez bien que ce qui est écrit ci-dessus n’est qu’une petite partie des possibilités, car elles sont trop nombreuses pour êtes dictées dans ce test. Comptez environ quatre ordres par menu et trois voire quatre sous-menus pour un total (très) approximatif d’une grosse vingtaine de possibilités. Le tout suppléé par la carte qui peut vous aider à donner les ordres « de haut ». Mais, si vous avez le Live, n’hésitez pas, foncez dessus pour jouer au jeu avec trois autres joueurs bien réels, car l’intelligence artificielle brille par sa nullité à comprendre ce que vous demandez au niveau des placements bien plus qu’au niveau du combat. Vous serez souvent repéré par sa faute. Vous voilà prévenu…

Bande-son

Disposant d’un doublage français beaucoup trop théâtral pour nous convaincre que les protagonistes font plus que de jouer à la guerre, le reste des sonorités présentes tout au long du jeu reste de très bonne qualité à tels points qu’on en viendrait presque à baisser la tête quand un ennemi nous tire dessus. Enfin, on saluera les différents bruits d’explosion en fonction de plusieurs paramètres comme la distance à laquelle se trouve cette dernière ou encore la nature du terrain et le lieu (bâtiment ou non).

Durée de vie

Dans la moyenne haute des FPS, comptez un bon 10 heures bien tassées pour voir le bout d’Operation Flashpoint Dragon Rising en mode de difficulté maximal, notamment grâce/à cause du fait que l’on doit constamment regarder sa carte pour se repérer, car aucune aide visuelle n’est présente quand on s’appelle Rambo… Pour améliorer tout cela, le multi-joueur en co-opération ou en joueur contre joueur reste très efficace même si notre préférence se tourne vers la solidarité entre les soldats pour mener à bien une mission. C’est tellement plus gratifiant.

Dans la lignée de son prédécesseur, Operation Flashpoint Dragon Rising, peut sortir du noir la tête haute. De loin le meilleur simulateur de guerre sur le marché, seul l’intelligence artificielle lamentable, aussi bien des alliés que des ennemis, ainsi que quelques maladresses au niveau des commandes et des graphismes entachent une fort belle copie.
Pour
- graphismes plaisants - le nombre d’ordres - le nombre de possibilités tactique - la durée de vie au final - les bruitages des armes et des environnements - le gameplay - l’accessibilité des ordres - 220km² de terrain - en temps réel
Contre
- une I.A lamentable - le clipping ultra présent - quelques touches d’aliasing - quelques fautes au niveau des commandes (une même touches peut signifier deux actions différentes)

Score final
7.6 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur PC
2014-04-08 :: Might & Magic X: Legacy
2014-02-24 :: Thief
2013-08-29 :: Saints Row IV
2013-07-04 :: TrackMania² Stadium
2013-07-03 :: Deadpool (Steam)
2013-06-08 :: Metro: Last Light
2013-02-13 :: Aliens: Colonial Marines
2012-09-04 :: Gunblade Saga
Derniers dossiers
Lego Legends of CHIMA Online Reportage

Lego Legends of CHIMA Online

Avec le succès des jeux Lego, la licence prend une nouvelle dimension en proposant cette aventure en ligne.  Basé sur le dessin animé, on sélectionne au début du jeu le personnage que l’on veut incarner parmi les quatre classes proposées. Comme vous vous en doutez, chacune offre une manière différente de combattre.
Lire la suite...

Détails sur le jeu
Operation Flashpoint: Dragon Rising
Date de sortie : 2009-10-06
Console :
Éditeur : Codemasters
Développeur : Codemasters
Genre : Action

Podcast

Podcast GF du 9 avril 2014

Podcast GF du 9 avril 2014

Une nouvelle émission dans le cadre de Radio GameFocus est disponible. Dans cette édition enregistrée le 8 avril en soirée, nous nous questionnions si réellement Titanfall est le sauveur attendu de la Xbox One. Nous parlons également de la puissance accrue de la Xbox One en raison du passage à DirectX 12 et plusieurs autres sujets. Écoutez-nous ici sur le site ou via iTunes.

Lire la suite..

 GameFocus sur YouTube

GF-Youtube 

Sondage

Avez-vous de l'intérêt pour les casques virtuels?

Oui - 50.6%
Non - 49.4%
Blogues

Vidéoblogue : Ma passion pour les FPS et son origine

Vidéoblogue : Ma passion pour les FPS et son origine

Dans ce nouvel épisode de mes Vidéoblogues GameFocus, j'aborde mon type de jeu favori : le FPS. De Wolfenstein 3D à Titanfall, en passant par Unreal Tournament 2004, Heretic ou Half Life 2, voici l'origine de cet amour pour le genre! Les jeux qui m'ont fait craquer, mes découvertes au fil du temps, la constatation que le style a bien évolué et grandi au fil du temps.


Lire la suite...

La fin du Xbox LIVE Pack de Famille m'a surpris!

La fin du Xbox LIVE Pack de Famille m'a surpris!

En douce, les gens de Microsoft ont abandonné le forfait Pack famille Xbox Live Gold l'an dernier qui permettait à une famille de deux adultes et deux enfants d’utiliser un seul abonnement Gold pour la famille. Si à la base ce changement de politique avait pour but d’adopter le principe d’un abonnement Gold unique par console Xbox One, il reste qu’elle a de quoi surprendre surtout pour ceux qui ne possèdent pas de Xbox One.


Lire la suite...

La Xbox One peut empêcher la capture vidéo de jeux non sortis

La Xbox One peut empêcher la capture vidéo de jeux non sortis

Avec la Xbox One, nous savions que Microsoft allait exercer un contrôle plus accru de ce que nous pouvons ou ne pouvons faire avec nos jeux. Si nous avons craint de voir arriver un système de validation via une connexion internet permanente, nous avons été rassurés à ce niveau à la sortie de la console. Mais il reste de petits éléments ici et là qui nous rappelle que le contrôle de Microsoft ou des éditeurs est bien réel avec la nouvelle génération.


Lire la suite...
À l'affiche sur GF TV

GFTV-section-small

GF-Show-small

GF-Twitt

Commentaires récents

Propulsé par Disqus