Test :: Army of Two: The 40th Day

Army of Two: The 40th Day

Les gars sont de retour!

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le dimanche 17 janvier 2010 19:00

Écrivez votre critique !

Rappelez-vous en 2008, Army of Two un jeu que pratiquement personne n’attendait réellement issu des studios d’EA Montréal avait surpris par de bonnes ventes. Cette nouvelle propriété intellectuelle d’EA n’avait pourtant pas joui du plus gros déploiement de budgets du catalogue EA. La recette d’Army of Two avait été simplement d’offrir un jeu de tir amusant, rapide, tirant profit d’un mode coopératif complet. Fort de ce succès, l’équipe d’EA Montréal recevait le feu vert pour plancher sur un nouveau volet et cette fois ce qui a changé est l’attente des amateurs. Nous l’avons joué pour vous et voici notre avis.


Un peu d’histoire

Dans le premier Army of Two nous devions jouer le rôle de Salem et Rios, deux agents appelés en mission en Somalie. Ils devaient localiser Philip Clyde, un ancien agent de l’armée qui travaillait pour une corporation militaire privée connue sous le nom SSC (Security & Strategy Corporation). Tout au long de l’histoire, vous vous questionniez sur les motifs réels de votre mission.

Deux ans plus tard, Army of Two: le 40e jour arrive et nous sommes réintroduit à Salem et Rios une fois de plus. Maintenant propriétaires de leur propre entreprise de contrats à titre de mercenaire, ils se rendent à Shanghai pour un travail de routine alors que peu de temps après leur arrivé pour débuter leur mission, la plus grande ville de Chine devient le théâtre d’une attaque d’une amplitude inimaginable. Sous, l’effondrement des bâtiments, des avions qui s’écrasent, des gens qui meurent, notre duo se retrouve au cœur de cette action qui ne les concerne pas réellement. Sans vouloir en prendre part, ils devront néanmoins tout mettre en œuvre pour sortir de Shanghai vivant.

Une question de choix

Si vous avez joué au premier jeu, vous allez vite réaliser que la mécanique du jeu est la même en dépit de quelques améliorations substantielles. On le sait, le premier Army of Two s’est fortement appuyée sur une jouabilité coopérative, le 40e jour pousse encore plus loin la personnalisation d’armes, tout en introduisant un nouveau principe de choix moraux. Au lieu de tirer partout sans se soucier du résultat, les concepteurs nous placent dans des situations difficiles dans lesquelles une décision doit être prise. Une animation s’en suit qui vous donne immédiatement l’aboutissement de cette décision. De même, des récompenses vous sont attribuées selon vos décisions. Ces décisions sont très difficiles voir impossible à déterminer à l’avance. Pour vous donner un seul exemple pour ne pas nuire à votre expérience de jeu, à un certain moment dont l’action se déroule dans un zoo, vous aurez à décider de l’élimination d’un tigre. Dans ce cas précis, en ne tuant pas le tigre, il se sauvera pour éventuellement tuer un criminel. Ce qui est une bonne chose vous me direz, mais aurait-il pu tuer un enfant? Ces choix moraux sont intéressants ajoutant à court terme des éléments de surprises que l’on ne voit jamais dans FPS. Le seul problème que je peux souligner est que contrairement à un RPG comme Mass Effect, ces décisions, bonnes ou mauvaises n’iront pas jusqu’à influencer le scénario de l’histoire du jeu et selon moi, c’est très correct ainsi,  Army of Two se voulant d’abord un jeu de tir. En plus de ces choix moraux, vous devez également gérer l’amitié avec votre partenaire. Ainsi en effectuant des choix moraux négatifs ou positifs combinés aux différentes poignés de mains que le jeu permet de faire à votre collègue, style « high 5 » ou « roche, papier, ciseau », vous aurez droit à une étiquette. Cette dernière est appelée à changer dans la progression du jeu. Ces étiquettes changent également si vous décidez de gifler votre partenaire. Alors que le jeu semble garder une trace des situations de choix moraux, la relation avec votre coéquipier se réinitialise au début de chaque chapitre.

Nous parlions de personnalisations d’armes au début du dernier paragraphe, sachez qu’encore une fois, c’est bien là le principal intérêt d’Army of Two: Le 40e jour. Rappelant encore une fois certains éléments de jeu de rôles, les nombreuses armes pourront être achetées et modifiées à souhait. Pour ce faire, il vous faut ramasser de l’argent. C’est en éliminant des ennemis, en fouillant certains endroits ou en sauvant des civiles que vous allez en gagner. Retenez que ce n’est pas très compliqué de cumuler assez d’argent pour acheter ce que vous voulez dans le jeu.


Même seul, on le joue toujours à deux

Comme plusieurs le savent, Army of Two est un jeu qui mise d’abord sur le jeu coopératif que ce soit à deux en ligne, en écran partagé ou encore seul, mais avec un joueur contrôlé par l’intelligence artificielle. Peu importe le moyen que vous allez choisir pour le jouer, les deux personnages sont en interaction régulière. En le jouant à deux vrais joueurs, vous aurez à vous parler pour vous coordonner, car des choix vous permettent de prendre des routes alternatives pour surprendre l’adversaire à contre-tire. Dans ce nouvel opus, il vous est possible de mesurer l’intérêt que vous accordent les ennemis. Grâce à une barre de progression, vous savez si, par exemple, vous pourrez surprendre par derrière les ennemis pendant que l’intérêt est porté sur votre collègue. Lorsque joué seul, contrôler votre collègue virtuel est relativement simple grâce à la possibilité de lui donner des ordres, que ce soit de lui ordonner de rester sur sa position, de vous suivre ou d’attaquer en fonçant droit devant. Le principal problème du moteur de commande de l’IA, est qu’il n’écoute pas toujours ce que vous demandez provoquant des situations que vous ne souhaitez pas toujours. Pour vous donner un exemple, je voulais laisser mon coéquipier en contrôle d’une mitrailleuse sur pied puissante pendant que moi j’allais attirer le « bad guy » vers cette position, le but étant de le mitrailler en rafale. Malheureusement, cette manœuvre n’aura jamais fonctionné, le personnage quittant chaque fois sa position pour me suivre. De ce que j’ai compris, l’absence d’ennemi fait en sorte qu’il revient près de moi c’est bien dommage pour un jeu qui met en avant plan sa jouabilité en duo. Les autres problèmes d’AI, la guérison. Dans Army of Two le 40e jour, vous pouvez secourir votre partenaire quand il est au sol et lui peut également vous venir en aide. Le problème est que régulièrement, l’intelligence artificielle se place dans des positions ridicules directement sous feu ennemi au lieu de se mettre à l’abri. Mettant ces quelques problèmes de côté, le jeu tient sa promesse d’interactions intéressantes et remplies d’humour entre les deux personnages.

 

Salem et Rios sont désormais équipés d’un système tactique GPS intégré dans leurs masques. L’accès au système GPS vous permettra de trouver votre chemin à travers la ville pour vous aider à identifier les menaces ennemies, voir le nombre exact de civils pris en otage et même placer des repères pour marquer les ennemis. Toujours nouveau dans cette suite d’Army of Two, vous pouvez simuler une reddition ce qui aura comme effet de faire baisser la garde des ennemis. S’en suivra une séquence au ralenti pour vous permettre de viser plus facilement chaque ennemi. Également, il vous est possible de prendre en otage des ennemis soit par vous directement ou de l’ordonner à votre collègue.

Le mode multijoueur est également plus solide cette fois-ci par rapport à l’expérience qu’offrait le premier jeu. Trois modes peuvent être joués avec un maximum de douze joueurs: Warzone (qui était présent dans le premier), Control (deux factions en lutte pour prendre et garder des points de contrôle) et naturellement un mode Coop Deathmatch. Un quatrième mode appelé «extraction» étant un mode de survie avec un accent sur le coopératif, il n’est disponible que pour ceux ayant précommandé le jeu avec EA, mais qui sera mis à la disposition de tous comme contenu téléchargeable dans un mois.


Images et sons
Visuellement, AO2: La 40e Journée représente une amélioration considérable sur le premier jeu. Cette fois, nous demeurons dans la même ville, soit Shanghai, contrairement aux endroits variés du premier jeu. Ce qui ne veut pas dire que ce n’est pas un bon choix puisque l’histoire nous déplace un peu partout dans la ville. Si on constate une meilleure finition sur le premier jeu, l’interaction avec l’environnement demeure très de base. Ainsi, il ne vous est possible de détruire que très peu d’éléments du décor. De même, les portes et autres objets vous couvrent, peu importe leur résistance réelle dans la vraie vie. À quelque moments, des abris vont exploser lorsque frappé par une roquette, mais je vous assure que c’est rare. Notez que vous pouvez cette fois personnaliser les masques et armures via le site officiel du jeu pour les utiliser en cours de partie par la suite.

 

Les voix de Nolan North (Salem) et Jonathan Adams Rios (Rios) sont encore présents dans cette suite. Les deux font excellent boulot. Notez que si vous optez pour les voix françaises, vous ne serez pas en reste puisque la traduction est très bien conçue. Encore cette fois, les deux personnages se balancent des insultes et des blagues continuellement pendant le jeu. Pour ma part, je considère que c’est ce qui fait le charme d’Army of Two. Les bruits en général comme les sons d’explosions et détonations d’armes à feu sont très réalistes et immersifs. Notez qu’en modifiant vos armes, le son changera également. En terminant, la musique est présente, mais sera vite oubliée étant principalement de l’accompagnement.


Valeur

La campagne comporte six chapitres qui peuvent tous être achevés en moins de dix heures, en fonction de votre niveau de compétence. Toutefois, comme dans le premier jeu, ce nouveau A.O.T. provoque chez le joueur, l’envie de pouvoir le jouer à nouveau. En l’ayant joué seul, vous voudrez sans aucun doute le refaire avec quelqu’un et par surcroit, changer vos décisions en plus de sauver plus d’otages que votre première tentative. Également, les modes multijoueurs sauront assurément vous pousser à rejouer.


En conclusion, il ne faut surtout pas prendre Army of Two The 40th Day comme une réponse à Call of Duty, ce serait une grave erreur. Ce jeu est un jeu de tir qui se veut plus divertissant que sérieux. Il convient de souligner le fait que l’équipe de développement de chez EA Montréal a fait de nombreux changements pour les fans. Ils ont su apporter des changements intéressants qui font en sorte que ce jeu a su prendre sa place légitime. Maintenant, il sera important pour un troisième volet d’aller un peu plus loin au niveau de l’intelligence artificielle et l’interaction avec l’environnement.


Pour
+ Le scénario et les dialogues + L’ajout du système moral + Le cooperatif et ligne ou local + Amélioration de personnalisation du système d’armes + Graphiquement amélioré + Un jeu amusant et humouristique
Contre
- Système de moralité pourrait avoir été poussé plus loin - Le mode "extraction" pas déverrouillé à l’achat - Peu d’interaction avec les décors - L’intelligence artificelle de notre collègue nous place dans d’étranges situations sous le feu ennemi.

Score final
8.7 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur Xbox 360
2014-01-12 :: Just Dance 2014
2013-11-21 :: Rocksmith Édition 2014
2013-10-29 :: Skylanders SWAP Force
2013-09-16 :: Grand Theft Auto V
2013-09-05 :: Madden NFL 25
2013-06-15 :: GRID 2
2013-05-30 :: Fuse
2013-04-18 :: Injustice: Gods Among Us
Derniers dossiers
DOSSIER: La première année de la Xbox One Reportage

DOSSIER: La première année de la Xbox One

C’était l’an dernier à pareille date, Microsoft lançait la Xbox One, sa 3e console de salon. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle a fait parler d’elle cette console, et ce, dès son dévoilement officiel le 21 mai 2013. Déjà on parlait dans les coulisses de cette possible connectivité obligatoire de la future console et de son incapacité à lire des jeux usagés. 
Lire la suite...
Soirée de lancement d’Assassin’s Creed Unity à Montréal Reportage

Soirée de lancement d’Assassin’s Creed Unity à Montréal

Comme nous l’a habitué Ubisoft, chaque sortie de jeu est l’occasion de célébrer. Assassin’s Creed ne fait pas exception alors que dans la soirée du 10 novembre, les amateurs de la franchise à succès d’Ubisoft Montréal étaient invités à venir souligner la sortie de pas un, mais deux jeux, Assassin’s Creed Unity et Assassin’s Creed Rogue. Lire la suite...
Événement des fêtes Nintendo 2014 Dossiers

Événement des fêtes Nintendo 2014

Mercredi dernier, Nintendo Canada tenait à Montréal son événement annuel afin de montrer les titres qui vont être disponibles pour la période des fêtes. Ce fut donc pour nous l'occasion de faire l'essai de plusieurs des titres qui vont occuper les froides soirées d'hiver. Comme c'est le cas avec Nintendo, il y a beaucoup de jeu qui se retrouvera sous le sapin des amateurs cette année. Parmi les titres qui ont retenu notre attention on retrouve le très attendu Super Smash Bros WiiU., Capitaine Toad: Treasure Tracker pour la WiiU et Sonic Boom. Lire la suite...
Game-Focus au Comiccon de Québec : Vu par Nicolas Reportage

Game-Focus au Comiccon de Québec : Vu par Nicolas

Cette fin de semaine, je plongeais tête baissée dans le merveilleux monde de la «pop culture» lors du tout premier Comiccon de la ville de Québec. De mon côté, c'était aussi une première participation à ce genre d’événement geek. Costumes, bandes-dessinées, vedettes, conférences et soirée rétrogaming étaient tous au menu de cette journée puisque j'ai eu la chance de participer uniquement à la journée de samedi. Lire la suite...

Détails sur le jeu
Army of Two: The 40th Day
Date de sortie : 2010-01-07
Console :
Éditeur : EA Games
Développeur : EA Montréal
Genre : Action

À l'affiche sur GF TV

GFTV-section-small

thumb_image

Émission du 20 novembre

Premières impressions

The Crew

The Crew
Lors de son annonce en 2013, plusieurs avaient été étonnés qu’Ubisoft s’associe avec Ivory Tower pour proposer un jeu de course uniquement multijoueur. C’est un pari risqué des développeurs, car il existe peu de jeu de voiture proposant un monde connecté qui a fonctionné ces dernières... Lire la suite...

Plus d'avant-premières
Podcast

Podcast Radio GameFocus d'octobre 2014

Podcast Radio GameFocus d'octobre 2014

Régulièrement, des membres de l'Équipe de rédaction de GF se rencontre pour une série de discussions parfois très profondes et parfois très imbéciles. Suivez-vous dans l'émision d'octobre 2014. Lien vers la section podcast: http://www.game-focus.com/game-focus/contenu-redactionnel/podcast-radio-gf

Lire la suite..
Sondage

Allez-vous profiter des spéciaux Black Friday ou Cyber Monday?

Également sur GF

AccroTechno-accueil

Cinevore-accueil

Les Blogues de la rédaction

Vidéoblogue : La panique Techno-Geek

Vidéoblogue : La panique Techno-Geek

La technologie prend beaucoup de place dans nos vies de tous les jours, que ce soit au niveau du jeu vidéo, du téléphone cellulaire, de la tablette ou de la télévision. Dans ce nouveau vidéoblogue, j'aborde ce sentiment unique de la panne technologique menant à la 'panique techno-geek'. Vous savez, cet instant où votre tablette fige, votre PS4 ne répond plus, que le célèbre Red Ring of Death s'en prend à votre Xbox 360


Lire la suite...

Vidéoblogue : Les jeux qui font peur

Vidéoblogue : Les jeux qui font peur

Dans ce tout nouveau vidéoblogue que l'on pourrait classer dans la catégorie ''Spécial Halloween'', je partage avec vous ma relation ''amour-haine'' avec un certain type de jeu vidéo : celui du jeu d'horreur. Ou de survival-horror, ou celui qui simplement, nous donne froid dans le dos en y jouant (FPS, survival ou autre). Mais qu'est-ce qui fait un bon jeu vidéo horrifique? 


Lire la suite...

Vidéoblogue : L'achat de ma première PlayStation

Vidéoblogue : L'achat de ma première PlayStation

À travers ce nouveau vidéoblogue, je raconte oui, l'achat de ma première console PlayStation en 1995, mais aussi, mes quelques mois en sa compagnie. Échanger mon Super Nintendo et mon SEGA Genesis pour acheter une PlayStation? Sage décision? Décision rationnelle, raisonnable et logique? 


Lire la suite...

GF-Twitt

Vous aimez ou pas?

Commentaires récents

Propulsé par Disqus