Test :: Star Ocean: Last Hope International

Star Ocean : Last Hope International

Un an, pour la même chose, ou presque

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le mardi 9 mars 2010 19:00

Écrivez votre critique !

 

On peut dire que les amateurs de RPG japonais sur PS3 sont comblés ces dernières semaines, avec White Knight Chronicles, Star Ocean 4 ou encore le plus récent Final Fantasy XIII. Cette fois-ci, attardons-nous sur le dernier épisode de la saga phare de Tri-Ace, présenté sur PS3 dans une version estampillée « internationale ». Sortie plus de huit mois après la version Xbox360, nous étions en droit d’attendre quelques bonus bien placés pour satisfaire les fans. Voyons voir si le jeu en vaut la chandelle.

 
 
 
 

 

 

La terre court un grave danger… Meracle, arrête d’essayer de manger Sarah ! 

Le jeune Edge Maverick est membre du Calnus, l’un des quatre vaisseaux de la première mission d’exploration de l’océan d’étoile. Son but : trouver une nouvelle terre d’accueil pour la race humaine, qui a fini par détruire la Terre à coup de missiles nucléaires lors de la troisième guerre mondiale. Malheureusement, le premier voyage se solde par une défaillance technique dans le couloir de vitesse lumière, avec une catastrophe à la clé. De par son statut de héros, Edge s’en sort indemne, et se charge d’aller chercher les survivants échoués sur les planètes alentour. L’intrigue oscille donc entre missions d’exploration et de sauvetage, pour finir par le passage obligatoire de sauvegarde de l’humanité. Bref, les scénaristes ne se foulent pas vraiment, et on évolue en terrain connu.

 
 
 
Le début du soft... ou notre état face aux dialogues...
 
 

Pire encore, la recette de Star Ocean 3 est reprise ici à l’identique : on arrive sur une planète inconnue, le groupe de héros se retrouve embarqué dans les problèmes de la population locale qui n’ont rien à voir avec le scénario principal, pour finir une dizaine d’heures plus tard avec une toute petite information de rien du tout. La mise en scène n’aide en rien puisque les cut-scènes demeurent interminables et inintéressantes. Le début de l’aventure en est une parfaite illustration : il faut attendre une bonne demi-heure avant de pouvoir espérer prendre le contrôle du héros et se balader à l’air libre. Les personnages ont également tendance à afficher un caractère niais et caricatural, appuyé par des dialogues insipides. Dommage, car l’introduction en image de synthèse promettait du très bon côté ambiance. Qui sait, peut-être que le prochain opus nous plongera dans cette troisième guerre mondiale ? 

Star Ocean : la castagne avant tout 

Tout le monde se souvient de Star Ocean 3, avec ses donjons interminables et sa difficulté en dent de scie qui nous forçait à faire du level-up comme des dingues. Il fallait le faire tout de même, pour qu’un boss difficile devienne un ennemi normal dans le donjon suivant! Sur ce point, on peut dire que tri-Ace s’est amélioré, puisque quatre niveaux de difficulté (dont deux à débloquer) sont proposés au joueur. Le premier tour de l’aventure se fait donc sans trop de tracas, pour peu que l’on soit attentif dans sa cueillette d’équipement, sa mise à niveau des compétences et en maintenant un level-up discret. La partie exploration s’avère très agréable, avec une touche d’originalité par-ci par-là grâce aux aptitudes de certains personnages (devenir invisible, creuser les murs pour trouver des objets, voyager à dos de lapins…). Dans l’ensemble, cela s’apparente à l’opus précédent, sans aucune prise de risque.

 
 
 
Le fameux système de "blindspot" à l’oeuvre
 
 

Trêve de bavardage, passons à l’aspect le plus réussi du soft : le système de combat. Là encore, on reste en terrain connu. Les ennemis sont présents sur la carte et leur contact nous transporte sur une aire de combat fermée. Une joute en temps réel s’engage alors, et l’on donne tout ce que l’on a pour terrasser ses opposants. Point de détail, quatre personnages sont maintenant présents, pour encore plus de déluges d’attaques et d’effets spéciaux. Fini la peur de mourir en perdant tous ses MP ou les temps d’attente entre chaque attaque. Pour rajouter un peu de tactique à ces duels endiablés, tri-Ace a implémenté le système de « blindspot » : quand un ennemi vous cible et qu’il pénètre dans une zone rapprochée, vous pouvez avec le bon timing passer dans son dos et l’attaquer par surprise. Les dégâts s’en trouvent grandement augmentés, et quasiment tous les bonus de fin de combat s’obtiennent via cette technique. . Pour couronner le tout, Tri-Ace a jugé bon de rajouter un système de lock à cette mouture « internationale », afin de rendre les ennemis plus facilement touchables.

Anodin au premier abord, cette nouveauté introduit une certaine profondeur tactique, puisque l’on pourra se la jouer gros bourrin et risquer de perdre ses bonus d’xp, ou au contraire attendre les ennemis pour se faufiler dans leur dos et les vaincre plus facilement. On se surprend même à essayer différentes techniques, afin ne pas s’en prendre trop dans la figure quand on se retrouve devant les boss ou les ennemis les plus coriaces Le système de combat reste donc le gros point fort de Star Ocean IV. Dynamique, plaisant à jouer et riche grâce à la tonne de compétences à apprendre, il contraste d’autant plus avec la mollesse de la mise en scène. Comme quoi, l’un ne va pas sans l’autre.

 Console next-gen ne rime pas avec nouvelle ambiance 

Le mélange science-fiction et médiéval fantastique se trouve parfaitement retranscrit par le moteur graphique du jeu, qui nous fait visiter des décors plutôt bien rendus, et surtout d’une superficie fort convenable. Dommage que la diversité ne soit pas au rendez-vous, car au final on ne visitera que quatre planètes, la plupart du temps verdoyantes. La gestion de la lumière en surprendra plus d’un, avec sa tendance à valoriser une surbrillance des éclairages et des reflets de l’eau. Dans l’ensemble, la réalisation se révèle correcte, même si les graphismes commencent à dater, puisqu’ils sont maintenant vieux d’un an. Il est d’ailleurs surprenant de réaliser que cette version PS3 ne bénéficie d’aucuns lissage des textures ni d’un affichage en 1080p, malgré le support Blu-Ray. Au moins, le changement de disque n’est plus indispensable.

 
 
 
Les décors sont plutôt  vastes
 

Les amoureux de la musique de Motoï Sakuraba seront aux anges, puisque le compositeur signe des mélodies dans la droite lignée de ses travaux précédents. Si l’on peut aisément lui reprocher son manque d’originalité, force est de constater que les différentes musiques nous accompagnant tout au long de l’aventure font mouches et contribuent à appuyer l’ambiance. Dommage que cette dernière frise le plus souvent le ridicule et le niais. Au menu de cette version internationale, saluons la possibilité de choisir entre les doublages japonais ou anglais, ce qui plaira à coup sûr aux puristes du genre.

Bouclée en une cinquantaine d’heures en ligne droite, l’aventure d’Edge Maverick et sa troupe se laisse donc parcourir sans trop de souci. Sans pour autant captiver toute notre attention, l’intrigue sert de prétexte efficace pour nous livrer des combats toujours aussi fun et une exploration riche de découvertes. Les quêtes annexes sont légions, et les battles trophies et autre création d’items suffiront à tenir en haleine les collectionneurs une centaine d’heures de plus ! Quant à ceux qui arriveront aux fatidiques 100% de trophées, ils pourront prétendre avoir complété à 100% l’un des RPG les plus vastes de l’histoire.

 Quoi de neuf sur PS3 ?

 Au final, pas grand-chose. Un choix entre les doublages orignaux ou Occidentaux, deux thèmes sonores disponibles pour le menu, un nouveau système de « lock » des ennemis, voilà de bien maigres bonus pour presque une année d’attente de cette version PS3. Ce n’est malheureusement pas le choix entre plusieurs artworks des personnages, ou encore une refonte des menus qui viendront nous faire changer d’avis. Pas l’ombre d’un nouveau donjon, d’un personnage supplémentaire ou encore de quêtes inédites. C’est à se demander ce qu’a attendu la compagnie pour sortir son titre sur PS3.

 
 
 
Voici à quoi ressemble le nouveau menu
 
 

Malgré son sous-titre « international », Star Ocean 4 : The last Hope reste fidèle à lui-même, c’est-à-dire un RPG japonais dans son style le plus classique, bénéficiant d’un système de combat dynamique au détriment d’une ambiance bon-enfant complètement décalée du thème principal. Ceux ayant déjà touché à la version Xbox 360 n’ont aucun intérêt à se tourner vers cette mouture, tandis que les possesseurs de PS3 peuvent enfin mettre la main sur le premier Star Ocean nouvelle génération… un an après sa sortie !

 
 

 


Pour
- Un système de combat dynamique - Un univers riche et vaste - Le premier Star Ocean nouvelle génération - Une tonne de choses à accomplir
Contre
- Où sont les nouveautés ? - Une ambiance parfois énervante - Des graphismes qui commencent à faire date

Score final
8.2 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur PlayStation 3
Derniers dossiers
DOSSIER: La première année de la Xbox One Reportage

DOSSIER: La première année de la Xbox One

C’était l’an dernier à pareille date, Microsoft lançait la Xbox One, sa 3e console de salon. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle a fait parler d’elle cette console, et ce, dès son dévoilement officiel le 21 mai 2013. Déjà on parlait dans les coulisses de cette possible connectivité obligatoire de la future console et de son incapacité à lire des jeux usagés. 
Lire la suite...
Soirée de lancement d’Assassin’s Creed Unity à Montréal Reportage

Soirée de lancement d’Assassin’s Creed Unity à Montréal

Comme nous l’a habitué Ubisoft, chaque sortie de jeu est l’occasion de célébrer. Assassin’s Creed ne fait pas exception alors que dans la soirée du 10 novembre, les amateurs de la franchise à succès d’Ubisoft Montréal étaient invités à venir souligner la sortie de pas un, mais deux jeux, Assassin’s Creed Unity et Assassin’s Creed Rogue. Lire la suite...
Événement des fêtes Nintendo 2014 Dossiers

Événement des fêtes Nintendo 2014

Mercredi dernier, Nintendo Canada tenait à Montréal son événement annuel afin de montrer les titres qui vont être disponibles pour la période des fêtes. Ce fut donc pour nous l'occasion de faire l'essai de plusieurs des titres qui vont occuper les froides soirées d'hiver. Comme c'est le cas avec Nintendo, il y a beaucoup de jeu qui se retrouvera sous le sapin des amateurs cette année. Parmi les titres qui ont retenu notre attention on retrouve le très attendu Super Smash Bros WiiU., Capitaine Toad: Treasure Tracker pour la WiiU et Sonic Boom. Lire la suite...
Game-Focus au Comiccon de Québec : Vu par Nicolas Reportage

Game-Focus au Comiccon de Québec : Vu par Nicolas

Cette fin de semaine, je plongeais tête baissée dans le merveilleux monde de la «pop culture» lors du tout premier Comiccon de la ville de Québec. De mon côté, c'était aussi une première participation à ce genre d’événement geek. Costumes, bandes-dessinées, vedettes, conférences et soirée rétrogaming étaient tous au menu de cette journée puisque j'ai eu la chance de participer uniquement à la journée de samedi. Lire la suite...

Détails sur le jeu
Star Ocean: Last Hope International
Date de sortie : 2010-03-03
Console :
Éditeur : Square Enix
Développeur : Square Enix
Genre : Jeu de rôle (RPG)

À l'affiche sur GF TV

GFTV-section-small

GFShoe jeux 2014 - 1

GameFocus Show: Nos choix jeux de 2014 partie 1 & 2

Lien vers la section

Premières impressions

The Crew

The Crew
Lors de son annonce en 2013, plusieurs avaient été étonnés qu’Ubisoft s’associe avec Ivory Tower pour proposer un jeu de course uniquement multijoueur. C’est un pari risqué des développeurs, car il existe peu de jeu de voiture proposant un monde connecté qui a fonctionné ces dernières... Lire la suite...

Plus d'avant-premières
Podcast

Podcast Radio GameFocus d'octobre 2014

Podcast Radio GameFocus d'octobre 2014

Régulièrement, des membres de l'Équipe de rédaction de GF se rencontre pour une série de discussions parfois très profondes et parfois très imbéciles. Suivez-vous dans l'émision d'octobre 2014. Lien vers la section podcast: http://www.game-focus.com/game-focus/contenu-redactionnel/podcast-radio-gf

Lire la suite..
Sondage

Allez-vous profiter des spéciaux Black Friday ou Cyber Monday?

Également sur GF

AccroTechno-accueil


Cinevore-accueil

Les Blogues de la rédaction

Vidéoblogue : Ma liste de cadeaux de Noël 2014

Vidéoblogue : Ma liste de cadeaux de Noël 2014

Tout comme l'an passé ici sur GameFocus, j'ai choisi de faire appel au Mini Père No pour acheminer directement au Père Noël, ma liste de cadeaux. Je le reçois donc ici, en studio, dans mon tout nouveau vidéoblogue afin qu'il prenne bien en note, toutes mes demandes geek et vidéoludiques.


Lire la suite...

Vidéoblogue : Mon coin gaming à la maison

Vidéoblogue : Mon coin gaming à la maison

Un élément supplémentaire ajoute souvent à l'expérience vidéoludique, soit la pièce où vous jouez à votre jeu vidéo. Vous savez, cet endroit de la maison ou de l'appartement réservé, destiné aux jeux vidéo. Votre télé sur un beau meuble, les jeux positionnés de façon stratégique sur l'étagère,


Lire la suite...

GF-Twitt

Vous aimez ou pas?

Commentaires récents

Propulsé par Disqus