Test :: Max Payne 3

Max Payne 3

Frédéric Laroche

Écrit par Frédéric Laroche - Directeur général

Publié le mardi 22 mai 2012 20:00

Écrivez votre critique !

Absent jusque-là sur la génération actuelle de consoles, il aura fallu attendre longtemps avant de pouvoir vivre à nouveau un chapitre de l’histoire pathétique de Max Payne. Comme seul Rockstar sait le faire, nous avons eu droit à une campagne de promotion longue et graduelle de Max Payne 3 qui a impliqué des images et des vidéos rendues disponibles au compte goutte à des moments jugés opportun par l’éditeur derrière Grand Theft Auto. À la lumière de ce qui nous a été habilement présenté, nous savions que ce jeu serait en mesure de porter la série vers d’autres sommets en comptant sur un traitement hautement cinématographique. De mon côté, je n’ai que de bons souvenirs face aux deux premiers chapitres de cette série qui nous avait offert le «bullet time», cet effet de ralenti que nous avons connu dans les films La Matrice (The Matrix). Aussi, j’étais très heureux de savoir que cet effet serait de retour dans MP 3. HA, il y a des jours où notre travail est dur, je me suis sacrifié pour la production de cette critique afin de vous éclairer:)


L’histoire de Max Payne 3 nous place un peu après les événements du deuxième volet. Max Payne a une sale gueule. En fait, jamais nous ne l’avons vu dans un état d’auto-destruction si avancé. Rongé par la culpabilité, c’est avec une thérapie de barbituriques et d’alcool qu’il tente d’oublier le passé. Ce passé étant la mort de sa femme et de sa fille qui a laissé une cicatrice dont Max ne parvient pas à soigner. Loin de tout ce qui pouvait lui rappeler les incidents que l’on ne souhaite même pas à son pire ennemi, Max se retrouve à São Paulo au Brésil. C’est là qu’il reprend du service en acceptant un boulot sur mesure pour un type comme lui capable de tuer à répétition sans se sentir coupable. Il devient garde du corps pour une famille riche. Un boulot paisible pensait-il qui allait lui permettre de pouvoir continuer à se payer ses bouteilles d’alcool. Naturellement, on le devine, la sauce se gâte quand un groupe criminalisé attaque la famille pour kidnapper un des membres. Max se reprend en main, se rase la tête et décide de demeurer sobre, le temps au moins de régler cette histoire. Qui a fait ce coup et pourquoi?

Comme c’était le cas pour les deux premiers volets, ce nouveau chapitre conserve une vue à la troisième personne qui permet au joueur d’à la fois bien voir son personnage auquel il devient facile de s’attacher, mais également de bien voir l’environnement. Le principe du jeu repose essentiellement sur de multiples occasions de jouer du fusil entrecoupé par de courtes séquences d’animation servant à solidifier l’histoire ou de justifier la tuerie qui vient de se terminer et la prochaine qui commencera. Pour ses séquences de combats Max peut compter sur un arsenal très complet procurant soit une puissance de feu à courte ou à longue distance. Bien que Max soit en mesure de transporter quatre armes à la fois, et qu’il puisse choisir parmi un vaste un choix, finalement la sélection finale repose surtout sur notre capacité à récupérer rapidement une arme laissée au sol par les ennemis pendant les combats.

 

"Max Payne a une sale gueule. En fait, jamais nous ne l’avons vu dans un état d’auto-destruction si avancé."

 

Pendant les fusillades, Max peut se cacher derrière des objets et le long des murs et heureusement, car il pleut tellement de balles qu’il est impossible d’avoir du succès dans Max Payne 3 sans être au minimum prudent. Il est possible de tirer et demeurant bien sagement campé derrière notre objet en étirant le bras pour tirer sans trop viser, mais également en visant ce qui nous laisse cependant atteignable par les projectiles pendant une fraction de seconde, ce qui sera parfois suffisant pour se faire atteindre. Certains des objets respectent l’idée qu’ils ne vous protègent que pendant un temps limité avant de se dégrader, ce qui représente à mon avis un grand pas en avant dans le genre. Trop souvent dans les jeux de tir, on peut se protéger derrière des objets ridiculement minces. Ici ce n’est pas parfait, mais c’est suffisamment intéressant pour nous obliger à changer d’endroit régulièrement pour éviter de mourir.

Le « bullet-time », le « Shootdodge » et « Last Man Standing » vous font de l’effet?

Nul doute que l’effet à la Matrix que nous appelons le bullet-time est un élément distinctif à Max Payne. Il s’agit (au cas où vous ne le savez pas) de plonger dans une direction avec un effet de ralenti, tout en pouvant cibler et tirer sur les ennemis. Jouissive, cette action est tellement amusante que vous allez en abuser. Mais attention, car quand l’effet se termine, vous risquez de vous retrouver dans une fâcheuse position, sans protection. L’effet ne dur que quelques secondes et il faudra que vous attendiez avant de pouvoir l’utiliser à nouveau. Si le bullet-time ressemble à ce que nous avons connu dans les autres jeux de la série Max Payne, les concepteurs ont profité de l’occasion pour nous ajouter une autre mécanique nommée « Last Man Standing». Grâce à ce système que j’ai décidé de nommer la « balle de la dernière chance », vous disposez de quelques secondes pour tirer à votre tour au ralenti, sur l’ennemi qui vient de vous atteindre, mais que s’il vous reste un moins comprimé de soin. Pour l’occasion, la cible de votre fusil passe du blanc ou rouge quand vous cadrez le bon ennemi à abattre, si vous l’atteignez, vous allez vivre, sinon, c’est la mort.

L’histoire dans ce nouveau Max Payne est très bien racontée et on peut certainement en attribuer la paternité à Dan Houser que l’on connaît pour son travail dans Grand Theft Auto et Red Dead Redemption. On sent réellement le lourd poids que Max a sur ses épaules par les cinématiques convaincantes et très intéressantes. On en vient même à se sentir mal pour Max pour qui la mort est peut-être la seule option qui lui reste. Le scénario est construit de façon à bien alterner entre les grosses séquences d’action qui nous transportent dans des lieux qui sont parfaits pour un bain de sang, et moments intenses et tragiques.

Une très longue durée de vie

En plus de l’histoire solo passionnante qui est divisée en 4 étapes à travers 14 chapitres, on y retrouve un mode arcade qui ajoute deux autres possibilités d’étirer notre Max Payne 3 avant de passer aux différents modes multijoueurs lesquels nous parlerons au prochain paragraphe. Ainsi dans le mode arcade, il vous est possible de jouer en Score Attack qui vise simplement à accumuler le plus gros pointage en rejouant chaque niveau individuellement. Pendant l’accomplissement du niveau, si vous mourez, vos points sont remis à zéro. L’utilisation du « bullet-time » ajoute des multiplicateurs.

Mais celui qui demeure encore le plus amusant est le mode New York Minute que nous avions connu dans les deux premiers jeux Max Payne. Si vous ne le connaissez pas, il s’agit d’un mode avec temps imparti pour terminer un niveau. Chaque ennemi éliminé ajoute 5 secondes à votre total. Pendant l’utilisation du ralenti, le temps arrête également vous devez rester vivant le plus longtemps possible. Simple, mais toujours aussi amusant. Mais, pour y avoir accès, vous devez terminer le jeu dans la campagne solo.

Max Payne 3 à plusieurs

Autre grande nouveauté à ce Max Payne est l’inclusion de modes multijoueurs. À la base, les concepteurs n’ont pas tenté de réinventer la roue en nous proposant des modes connus comme des combats individuels ou en équipe. Nous sommes récompensés en point d’XP suite à nos combats.

Mais c’est réellement avec la participation aux « Crews » ou les gangs en français, que le jeu en ligne prend un tout nouveau sens. Ainsi, vous pouvez soit créer un clan ou adhérer à un clan déjà existant. En situation de jeu, les points gagnés en équipe sont également au joueur. Vous pouvez gagner plus de points en réalisant des objectifs d’équipe comme de venger la mort d’un membre de votre équipe par un membre d’une autre équipe. C’est en ligne via le site web Social Club de RockStar Games que vous pouvez voir les clans pour en choisir un ou encore le créer de toutes pièces avec le choix de votre logo et votre slogan. Comme les clans sont gérés par les serveurs de RockStar, vous pouvez avoir des membres de votre gang qui jouent sur Xbox 360, PS3 ou encore sur PC. Vous ne pourrez jouer avec eux, mais la progression de votre clan s’effectue entre les plateformes. Finalement, votre clan sera également supporté dans le prochain Grand Theft Auto.

Mais Max Payne 3 n’est pas parfait. Malheureusement, je me dois de vous souligner certains petits irritants. D’abord, que le jeu devient extrêmement redondant à la longue. Bien que l’on se doit de saluer la durée de vie du jeu nettement supérieure à la tendance des dernières années, il reste que ce sont les mêmes types de séquences que nous jouons dans des endroits différents. Également, je questionne fortement le choix des concepteurs de rendre le jeu plus difficile qu’en ajoutant de plus en plus d’ennemis qui ont besoin de plus en plus de munitions pour être éliminés. Ça devient loufoque de devoir vider 8 à 12 balles de semi-automatiques pour tuer des ennemis. Par exemple, même en tirant juste à côté de la veste par balle sur le bras, le type va se relever 3 fois et tenir l’arme par la même main qui vient de recevoir une salve de balles. Je suis désolé, mais nous sommes en droit de nous attendre à mieux. Heureusement, il vous reste l’option de viser directement à la tête d’un seul coup, ce qui risque de fonctionner avec une seule balle, mais dans le feu de l’action, ce n’est pas facile à réaliser. Comme certains points de contrôle sont éloignés, le jeu devient parfois frustrant nous obligeant à recommencer de trop loin. Toujours dans les points à signaler, le jeu n’offre que très peu de liberté ce qui nous empêche parfois de nous déprendre d’une mauvaise position. Heureusement, c’est le bullet-time qui devient la solution en effectuant un saut dans une direction.

Son et images

De ce côté, je dois dire que graphiquement ce que nous offre Max Payne 3 est très correcte poussée par un moteur graphique optimisé. Sans être le plus beau jeu que j’ai joué, on remarque beaucoup de détails qui en font un produit très crédible. Je vous fais remarquer que plusieurs des objets ne sont pas statiques et qu’ils peuvent être bougés suite au passage de notre personnage. Certains objets peuvent être détruits comme les voitures, bidons d’essence et station-service. Également, que nous passons entre le jour et la nuit, la pluie et le beau temps pendant le déroulement du jeu ce qui est encore trop rare dans d’autres jeux et qui devrait être, à mon avis, une norme. Je souligne également le fait que les personnages ne sont pas habillés et coiffés de la même façon pendant la durée du jeu, ce qui encore une fois, est trop rare dans d’autres jeux.

Du côté du son, ce n’est pas nécessairement la musique que l’on remarque le plus dans ce Max Payne. Non pas qu’elle soit mauvaise, elle vient appuyer l’action au bon moment. Mais c’est surtout la narration de notre personnage qui demeure marquante. Max est attachant et même poétique dans ses commentaires et nombreuses réflexions bien rendues par l’entremise de l’acteur James McCaffrey qui a incarné Max Payne trois fois jusqu’à présent. Même les autres voix dans le jeu sont dignes de mention. Un mot sur le bruitage qui est irréprochable à travers les sons d’explosion et de décharges d’armes à feu abondants et réalistes.

En conclusion

Avec ce 3e Max Payne, nous sommes en présence d’un jeu d’action endiablé certes, mais emprunt de sensibilité. Sans doute en raison du traitement cinématographique efficace, on se sent dans les chaussures d’un homme au passé trouble, dont la vie est devenue fardeau. L’histoire est tellement bien racontée que nous nous surprenons à désirer que Max puisse enfin trouver la paix intérieure. Les concepteurs ont ajouté beaucoup d’éléments pour vous assurer de jouir de Max Payne 3 longtemps, en raison d’une longue carrière solo et des modes multijoueurs. Malgré de légers irritants ici et là, il n’y a pas beaucoup de points négatifs à ce jeu qui se retrouve comme prévu, bien au-dessus de la moyenne.


Pour

Excellent scénario Superbe narration de James McCaffrey Le retour du "bullet-time" effect et l’ajout du "Last Man Standing" Excellente durée de vie supportée par le multijoueur

Contre

Check points parfois très éloignés Un peu trop redondant à la longue Parfois une reprise difficile après le Shootdodge Les ennemis exigent un nombre irréaliste de balles plus on progresse


Score final
9.0 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur Xbox 360
2014-01-12 :: Just Dance 2014
2013-11-21 :: Rocksmith Édition 2014
2013-10-29 :: Skylanders SWAP Force
2013-09-16 :: Grand Theft Auto V
2013-09-05 :: Madden NFL 25
2013-06-15 :: GRID 2
2013-05-30 :: Fuse
2013-04-18 :: Injustice: Gods Among Us
Derniers dossiers
DOSSIER: La première année de la Xbox One Reportage

DOSSIER: La première année de la Xbox One

C’était l’an dernier à pareille date, Microsoft lançait la Xbox One, sa 3e console de salon. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle a fait parler d’elle cette console, et ce, dès son dévoilement officiel le 21 mai 2013. Déjà on parlait dans les coulisses de cette possible connectivité obligatoire de la future console et de son incapacité à lire des jeux usagés. 
Lire la suite...
Soirée de lancement d’Assassin’s Creed Unity à Montréal Reportage

Soirée de lancement d’Assassin’s Creed Unity à Montréal

Comme nous l’a habitué Ubisoft, chaque sortie de jeu est l’occasion de célébrer. Assassin’s Creed ne fait pas exception alors que dans la soirée du 10 novembre, les amateurs de la franchise à succès d’Ubisoft Montréal étaient invités à venir souligner la sortie de pas un, mais deux jeux, Assassin’s Creed Unity et Assassin’s Creed Rogue. Lire la suite...
Événement des fêtes Nintendo 2014 Dossiers

Événement des fêtes Nintendo 2014

Mercredi dernier, Nintendo Canada tenait à Montréal son événement annuel afin de montrer les titres qui vont être disponibles pour la période des fêtes. Ce fut donc pour nous l'occasion de faire l'essai de plusieurs des titres qui vont occuper les froides soirées d'hiver. Comme c'est le cas avec Nintendo, il y a beaucoup de jeu qui se retrouvera sous le sapin des amateurs cette année. Parmi les titres qui ont retenu notre attention on retrouve le très attendu Super Smash Bros WiiU., Capitaine Toad: Treasure Tracker pour la WiiU et Sonic Boom. Lire la suite...
Game-Focus au Comiccon de Québec : Vu par Nicolas Reportage

Game-Focus au Comiccon de Québec : Vu par Nicolas

Cette fin de semaine, je plongeais tête baissée dans le merveilleux monde de la «pop culture» lors du tout premier Comiccon de la ville de Québec. De mon côté, c'était aussi une première participation à ce genre d’événement geek. Costumes, bandes-dessinées, vedettes, conférences et soirée rétrogaming étaient tous au menu de cette journée puisque j'ai eu la chance de participer uniquement à la journée de samedi. Lire la suite...

Détails sur le jeu
Max Payne 3
Date de sortie : 2012-05-15
Console :
Éditeur : Take-Two Interactive
Développeur : Rockstar Vancouver
Genre : Action

À l'affiche sur GF TV

GFTV-section-small

thumb_image

Émission du 20 novembre

Premières impressions

The Crew

The Crew
Lors de son annonce en 2013, plusieurs avaient été étonnés qu’Ubisoft s’associe avec Ivory Tower pour proposer un jeu de course uniquement multijoueur. C’est un pari risqué des développeurs, car il existe peu de jeu de voiture proposant un monde connecté qui a fonctionné ces dernières... Lire la suite...

Plus d'avant-premières
Podcast

Podcast Radio GameFocus d'octobre 2014

Podcast Radio GameFocus d'octobre 2014

Régulièrement, des membres de l'Équipe de rédaction de GF se rencontre pour une série de discussions parfois très profondes et parfois très imbéciles. Suivez-vous dans l'émision d'octobre 2014. Lien vers la section podcast: http://www.game-focus.com/game-focus/contenu-redactionnel/podcast-radio-gf

Lire la suite..
Sondage

Avez-vous débranché Kinect?

Également sur GF

AccroTechno-accueil

Cinevore-accueil

Les Blogues de la rédaction

Vidéoblogue : La panique Techno-Geek

Vidéoblogue : La panique Techno-Geek

La technologie prend beaucoup de place dans nos vies de tous les jours, que ce soit au niveau du jeu vidéo, du téléphone cellulaire, de la tablette ou de la télévision. Dans ce nouveau vidéoblogue, j'aborde ce sentiment unique de la panne technologique menant à la 'panique techno-geek'. Vous savez, cet instant où votre tablette fige, votre PS4 ne répond plus, que le célèbre Red Ring of Death s'en prend à votre Xbox 360


Lire la suite...

Vidéoblogue : Les jeux qui font peur

Vidéoblogue : Les jeux qui font peur

Dans ce tout nouveau vidéoblogue que l'on pourrait classer dans la catégorie ''Spécial Halloween'', je partage avec vous ma relation ''amour-haine'' avec un certain type de jeu vidéo : celui du jeu d'horreur. Ou de survival-horror, ou celui qui simplement, nous donne froid dans le dos en y jouant (FPS, survival ou autre). Mais qu'est-ce qui fait un bon jeu vidéo horrifique? 


Lire la suite...

Vidéoblogue : L'achat de ma première PlayStation

Vidéoblogue : L'achat de ma première PlayStation

À travers ce nouveau vidéoblogue, je raconte oui, l'achat de ma première console PlayStation en 1995, mais aussi, mes quelques mois en sa compagnie. Échanger mon Super Nintendo et mon SEGA Genesis pour acheter une PlayStation? Sage décision? Décision rationnelle, raisonnable et logique? 


Lire la suite...

GF-Twitt

Vous aimez ou pas?

Commentaires récents

Propulsé par Disqus