Test :: East India Company

East India Company

Une bonne idée, plusieurs défauts

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le vendredi 31 juillet 2009 20:00

Écrivez votre critique !

On ne peut pas dire que les jeux de gestions, de tactique et de wargame se situant durant la conquête des Indes pullulent dans notre ludothèque. East India Company marque d’entrée de jeu un bon point dans nos esprits, mais est-ce le seul?

Un peu d’histoire

Le 31 décembre 1600, la reine Élisabeth Ire d’Angleterre accorde une charte royale conférant pour 21 ans le monopole du commerce dans l’océan Indien à la Compagnie anglaise des Indes orientales (d’abord anglaise, puis britannique sous le nom de British East India Company, B.E.I.C.).Première des Compagnies européennes fondées au XVIIe siècle pour conquérir « les Indes » et dominer les flux commerciaux avec l’Asie, elle trouve sa place face à la compagnie néerlandaise des Indes orientales, la VOC, et prend l’avantage sur la Compagnie française des Indes orientales qu’elle conduit à la ruine en conquérant toutes ses possessions en Inde. Elle marque profondément la création du futur Empire colonial britannique. Société anonyme, elle allait devenir l’entreprise commerciale la plus puissante de son époque, jusqu’à acquérir des fonctions militaires et administratives régaliennes dans l’administration de l’immense territoire indien. Heurtée de plein fouet par l’évolution économique et politique du XIXe siècle, elle décline progressivement, puis disparaît en 1874.Depuis ses quartiers généraux de Londres, son influence extraordinaire s’est étendue à tous les continents : elle a, entre autres, présidé à la création des Indes britanniques et du Raj, fondé Hong Kong et Singapour, répandu la culture du thé en Inde et l’usage de l’opium en Chine, retenu Napoléon captif à Sainte-Hélène, et s’est trouvée directement impliquée dans la célèbre Boston Tea Party qui servit de déclenchement à la guerre d’indépendance américaine.

Un peu de gameplay

Loin d’être aussi convaincant et pointilleux qu’Empire : Total War (dur de passer derrière un jeu avec aussi peu de défauts), l’ensemble reste plutôt convaincant, mais s’adressera à un public exigeant. Il faudra prendre en compte la vitesse du vent, sa direction, la vitesse du bateau, sa position et tout un tas de paramètres non paramétrables qui pourront avoir une forte incidence sur le déroulement de la bataille navale. À défaut de proposer un système de résolution automatique des conflits sur terre, le jeu vous oblige à vous battre jusqu’à mort s’en suive en dépit de la lenteur. Car simulation oblige, les bateaux sont d’une lenteur à agacer les moins patients. La lenteur est décidément omniprésente puisque même à la vitesse maximale de simulation lors des déplacements sur la carte du monde compter, avec votre premier bateau, entre 1 à 2 minutes pour atteindre les Indes. Heureusement le niveau de détail est presque poussé à l’extrême puisque la vitesse de vos navires dépend de ce dernier. Chaque type de bateau est unique et doit correspondre à vos critères en fonction de votre diplomatie (beaucoup de capacité de stockage) ou de votre agressivité (beaucoup de cannons). Vous aurez le choix entre onze bateaux et vous pourrez diriger une des huit nations qui ont joué un rôle majeur dans la conquête des Indes (Portugal, France, Britannique, Suedois, Dannois, Espagnol, Saint-Empire romain germanique et hollandais). Le but ultime étant, bien entendu, de conquérir les Indes avant le reste de l’Europe et donc de rejouer l’histoire à sa façon si l’on n’incarne pas les Britanniques. Pour ce faire, deux possibilités s’offrent à vous : la conquête par le commerce ou par la guerre. La conquête par le commerce reste le plus simple et propose un gameplay basé sur la gestion des ressources (porcelaine, armes, …) et d’une entente cordiale entre les nations. La conquête par la guerre consiste à prendre les douze principaux ports des Indes et de les contrôler. Ce deuxième choix est selon nous le moins intéressant puisque comme il est dit plus haut les batailles terrestres sont simulées et non jouables. La victoire se joue sur certaines caractéristiques que s’amuse à calculer l’ordinateur pour dire si oui ou non vous sortirez victorieux de la bataille déclenchée. On pourra regretter les temps de chargement extrêmement nombreux (entrer dans un port, sortir dans un port, quitter le jeu (oui même pour quitter le jeu il y a un temps de chargement)). Les ports ne sont modélisés que par un bâtiment dont la caméra fait le tour, une nouvelle fois lentement, afin de servir comme fond d’écran pendant que vous naviguerez dans des menus ternes, mais bien pensés. L’achat des bateaux ne se fait pas n’importe comment, car certains sauront disponible qu’après une date franchise (1629 par exemple). Pour finir, sachez qu’il existe une multitude de ressources à conquérir et que les gars de chez Nitro Games ont fait les choses bien, car la liste est trop longue pour être dévoilé dans ces quelques lignes de test.

Un peu de graphisme

Le jeu pêche à ce niveau là. Il est très loin d’être agréable à l’œil sans pour autant se pourfendre de ridicule. A contrario les niveaux des détails sont assez impressionnants puisqu’en mode bataille il vous suffira de zoomer au maximum pour voir vos petits matelots s’affairer à leur tâche. Le niveau graphique de l’eau n’est pas très bon non plus et c’est bien dommage pour un jeu se déroulant à 99% sur la surface de l’eau.

Beaucoup de durée de vie et de qualité sonore

Soyons claires, la durée de vie peut être infinie si vous accrochez au concept malgré les défauts. Trois campagnes solos plus une libre sont disponible. La Grande campagne se déroule entre 1600-1750 et vous devrez répondre aux objectifs fixés par votre supérieur, la Lutte pour la Domination consiste à laisser de côté l’aspect gestion pour se concentrer sur la victoire par les armes (1700-1750) et la Bataille pour les ressources correspond à l’inverse de la Lutte pour la Domination c’est-à-dire gagner en possédant le monopole des ressources disponibles dans les ports. Puis une dernière campagne libre est en fête un mode « Bac à Sable » où vous ferez comme bon vous semble. Un multijoueur est présent (quand il y a des personnes), mais n’offre que le mode bataille navale qui est clairement le côté le moins intéressant du jeu. Pour ce qui est de la bande-son, elle est exquise et propose une variété de musique symphonique intéressante, des bruitages réalistes et une ambiance très agréable, une vraie réussite!

Partant d’une idée excellente et peu conventionnelle, East India Company se rempli de tares qu’il n’y a pas lieu d’être (comme la limite de 24 images par seconde maximal), en plus d’un manque d’intérêt général pour le mode bataille trop brouillon se qui semble être un comble aux vues des possibilités tactiques s’offrant à nous. Le jeu se hisse avec du mal au-dessus de la moyenne notamment grâce à son contexte, sa durée de vie, ses ressources et sa bande-son.

 


Pour
- le gameplay - la durée de vie - la bande-son - l’intérêt général du titre
Contre
- les graphismes - la lenteur - les temps de chargement - les batailles navales - la résolution automatique des conflits terrestre - en anglais

Score final
6.3 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur PC
Derniers dossiers
Les 5 meilleurs jeux de la mi-année 2015 Dossiers

Les 5 meilleurs jeux de la mi-année 2015

Le mois d'août vient tout juste de débuter et, avec la Gamescom qui cogne déjà à nos portes il est maintenant l'heure des bilans de demie-année.  Il n'est jamais facile de dresser une telle liste, évidemment ce classement est toujours étroitement lié aux préférences et aux expériences personnelles du rédacteur.  Depuis le 1er janvier 2015, plusieurs jeux dignes de mention sont désormais disponibles. Plusieurs jeux pourraient composer ce top 5, pensons entre autre à Dying Light, The Order 1886, The Witcher 3 : Wild Hunt, Batman : Arkhman Knight, Evolve, Splatoon ou bien Project Cars.
Lire la suite...
Déballage console RetroN 5 et notre essai complet Dossiers

Déballage console RetroN 5 et notre essai complet

L'amateur de jeux vidéo est plutôt choyé en 2015 : Il peut jouer aux jeux des années 2000, comme aux jeux des années 80 ou 90 dans le même après-midi. Les fans de retro sont nombreux, moi-même étant plutôt favorable à quelques parties d'un bon vieux Ninja Gaiden 2 pour me rappeler ces doux souvenirs de ma jeunesse. Mais bon, après avoir trouvé un vieux téléviseur à écran cathodique, je constate à toujours avec regret à quel point mes jeux de NES, Sega Master ou Super NES étaient beaucoup plus jolis dans mon souvenir. Ce triste constat est désormais de l'histoire ancienne, car voici la RetroN 5 d'Hyperkin.Lire la suite...
Game-Focus au ComicCon 2015 de Montréal Reportage

Game-Focus au ComicCon 2015 de Montréal

Ce week-end, je me suis rendu à l'une des plus grandes réunions de ''geeks'' au pays. Lire la suite...
Déballage console SEGA Genesis 80 jeux et premières impressions Dossiers

Déballage console SEGA Genesis 80 jeux et premières impressions

La société chinoise AtGames produit différentes consoles rétro avec jeux intégrés, tel que la SEGA Genesis, le Colecovision et le célèbre Atari 2600. Proposant du coup des dizaines de jeux pré-installés dans ces systèmes, on tente d'y faire revivre ou plutôt préserver la mémoire de nombreux classiques de ces consoles du passé et de faire plaisir aux amateurs de retrogaming.Lire la suite...

Détails sur le jeu
East India Company
Date de sortie : 2009-07-31
Console :
Éditeur : Paradox Entertainment
Développeur : Nitro Games
Genre : Strategie

Premières impressions

Rare Replay

Rare Replay
Le studio Rare fête ses 30 ans et afin de souligner ces années de dur labeur, Microsoft lance une compilation regroupant trente jeux. Trente jeux, qui ont bien sûr marqué le cheminement du studio vers les jeux d'aujourd'hui. Nous avons eu la chance de mettre la main sur cette compilation qui ser... Lire la suite...

Tom Clancy's Rainbow Six: Siege

Tom Clancy's Rainbow Six: Siege
C’est lors de l’E3 2014 que le prochain opus de la série Rainbow Six a été annoncé. Toujours basé sur l’univers des romans de Tom Clancy’s, le titre est développé par Ubisoft et sera disponible cette année sur PC, PS4 et Xbox One. Misant cette fois-ci principalement sur le multijoueu... Lire la suite...

Plus d'avant-premières
Podcast

Podcast: Radio GF d'août 2015

Podcast: Radio GF d'août 2015

Podcast estival 2015 dans lequel les membres de la rédaction de GF discutent de ce qu'ils ont fait cet été côté gaming. Ne pas hésiter à échanger sur l'un ou l'autre des sujets abordés pendant cette émission.

 

Lire la suite..
Sondage

Est-ce que la fin du split-screen à Halo vous dérange?

OUI - 50%
NON - 50%
Les Blogues de la rédaction

Blogue: Mon avis sur trois jeux rarissimes de la NES

Blogue: Mon avis sur trois jeux rarissimes de la NES

La Nintendo Entertainment System (NES) a changé à jamais l'industrie du jeu vidéo par de nombreux aspects, pensons entre autres à l'arrivée de la croix directionnelle ou à la naissance de nombreuses séries cultes et toujours actives comme Metal Gear, Mega Man, Castlevania, Zelda, Mario et j'en passe. Sur une période d'une dizaine d'années, on a eu droit à plus de 800 jeux en Amérique du Nord, de Super Mario Bros en 1985 à Wario's Woods en 1994, certains d'entres eux sont devenus cultes et d'autres sont passés complètement inaperçus.


Lire la suite...

Les jeux à 80 $ au Canada, le taux de change fait mal

Les jeux à 80 $ au Canada, le taux de change fait mal

Jeux à 80$

Le dollar canadien qui dégringole depuis plusieurs mois en raison d’une relance économique qui tarde arriver a désormais une influence très tangible sur l’industrie du jeu.


Lire la suite...
Vous aimez ou pas?
Mortal Kombat (PS Vita)
The Golf Club (Xbox One)
Fifa 14 (PlayStation 4)
Monster Hunter 4 Ultimate (Nintendo 2DS & 3DS)

Commentaires récents

Propulsé par Disqus

Tag Code: