Test :: Dragon's Dogma

Dragon’s Dogma

Écrit par Rédaction Game-Focus

Publié le jeudi 14 juin 2012 20:00

Écrivez votre critique !

Par: Patrick Robert

Produisant surtout des jeux de tirs et de baston depuis 1979, la compagnie Capcom n’a plus besoin de faire ses preuves auprès des joueurs. Ses séries cultes comme Megaman, Resident Evil ou Devil May Cry, ont connu plusieurs itérations et un succès mondial incontesté. Les développeurs ont donc piqué notre curiosité en annonçant Dragon’s Dogma, un jeu de rôle qui est certes développé au Japon, mais qui s’inscrit dans la plus pure tradition des RPG occidentaux. Lancer une nouvelle franchise comporte toujours une bonne part de risques et d’inconnu. Est-ce que Capcom a su relever le défi?

 
Un village de pêcheurs se voit soudainement attaqué par un dragon gigantesque venu de nulle part. Dans la bataille qui s’ensuit, la créature ailée parvient à arracher le cœur du personnage principal avant de s’envoler, le laissant pour mort sur la grève. En dépit de toute logique, ce dernier se relève. Il peut désormais entendre la voix du monstre en son for intérieur. Selon la légende, ces signes laissent présager que l’homme n’est pas un simple mortel, mais plutôt un Insurgé, le seul type de guerrier capable de terrasser la bête volante qui menace maintenant les habitants de Gransys. Après cette prémisse prometteuse, le scénario s’efface presque entièrement durant des dizaines d’heures, pour ne revenir qu’à la toute fin de la campagne.
 
DANS LE VENTRE DU DRAGON
 
Sous plusieurs aspects, Dragon’s Dogma est un jeu de rôle plutôt conventionnel. Présenté dans une vue à la troisième personne, son expérience rappelle plusieurs titres du genre (notamment Dark Souls et Monster Hunter). On détermine d’abord le sexe et l’apparence physique de son Insurgé parmi un assortiment de gabarits dans l’interface de création de personnage. Au début de l’aventure, on a le choix entre trois classes assez standard, soit le guerrier, le rôdeur et le magicien. En atteignant un niveau plus élevé, six autres spécialisations deviennent disponibles. On peut changer de classe en tout temps, ce qui permet d’explorer les différents styles de combat pour trouver celui qui nous convient le mieux.
 
 
On cumule des points d’expérience en acquittant les centaines de quêtes principales et secondaires dont regorge le monde de Gransys. Certaines approfondissent légèrement l’histoire ou l’univers fantasy du jeu, mais la majorité varie entre de pénibles missions d’escorte et de simples tableaux de chasse (tuer 2 ogres, 8 araignées, 10 loups, 30 gobelins, 45 lapins, etc.). Sans atteindre la fluidité d’un jeu d’action, le combat est tout de même satisfaisant et possède ses subtilités, alternant entre attaques rapprochées, à distance, et magie. On sent la touche de Capcom dans les créatures mythologiques aux proportions démesurées qu’il faut parfois affronter. Celles-ci sont tellement imposantes qu’on peut même les escalader pour mieux asséner ses coups.
 
TOUS DES PIONS
 
C’est sa légion de « pions » qui distingue vraiment Dragon’s Dogma de la compétition. En plus de l’Insurgé qu’on commande, trois autres personnages (ou pions) viennent nous prêter main-forte. On crée le premier selon nos préférences. On peut modifier ses compétences en cours de route, mais il nous suivra tout au long de l’aventure. Les deux autres membres de notre équipe doivent être recrutés individuellement parmi une sélection de personnages qui proviennent essentiellement des parties des autres joueurs. De la même façon, le pion qu’on a fabriqué peut aussi seconder un autre Insurgé en ligne, et revenir avec divers objets et des connaissances supplémentaires sur des ennemis ou des quêtes particulières. Ce système original constitue sans doute le plus grand trait de personnalité du jeu.
 
Comme l’expérience présente un bon niveau de défi et ne prend jamais le joueur par la main, il faut faire preuve d’un minimum de stratégie pour recruter des pions aux compétences appropriées en fonction de chaque mission, d’autant plus qu’ils sont pris en charge par l’intelligence artificielle. On peut leur indiquer de nous suivre ou de nous venir en aide à l’aide du pavé tactile de la manette, mais on ne contrôle jamais leurs actions. Ces coéquipiers procurent une certaine assistance, sans évidemment remplacer l’efficacité de trois alliés en chair et en os. On regrette l’absence d’un mode coopératif multijoueurs, auquel la structure du jeu se prêtait bien.
 
 
Lors de nos voyages à travers le royaume, on récolte évidemment du butin alléchant, mais aussi toutes sortes de matières premières et de plantes. Ces composantes se combinent pour produire une grande variété de potions, ou servent à améliorer les multiples armes et armures qui composent notre arsenal. Ces mécaniques ne sont pas aussi complexes que celles d’un Skyrim, mais ajoutent une touche de profondeur à l’ensemble. Le jeu ne possède qu’un seul fichier d’enregistrement et procède à des sauvegardes automatiques. Si vous êtes du genre à essayer différents embranchements en utilisant plusieurs fichiers de sauvegarde (comme une bonne partie des amateurs de RPG), vous serez déçu. Il n’y a même pas d’option pour charger une partie, et on doit revenir au menu principal pour ce faire.
 
DU FANTASY SANS FANTAISIE
 
Malgré quelques textures floues dans les cinématiques et des personnages qui se matérialisent parfois devant nos yeux, le monde de Gransys est joliment rendu, avec une végétation qui ondule sous l’effet du vent, et une grande variété d’effets visuels (éclairs, nuage de poison, pluie de météores) associés aux sorts magiques. Par contre, la direction artistique de l’univers manque cruellement d’inspiration, avec ses environnements génériques qui pourraient provenir de n’importe quel autre jeu de rôle. Des forêts touffues, des châteaux de pierre, des souterrains menaçants, le design graphique est bourré de stéréotypes. Le travail des comédiens est correct, sans plus, et la musique revêt des sonorités de pop japonaise qui aurait sa place dans un Final Fantasy.
 
 
La durée de vie de Dragon’s Dogma est plus que substantielle, avec des dizaines et des dizaines d’heures de jeu, mais le temps consacré à compléter la campagne se trouve artificiellement gonflé par les allées et venues incessantes à travers l’immense carte du royaume. Le monde est vaste, mais semble souvent vide et peu peuplé. Il faut parfois près d’une heure de route pour se rendre à l’endroit demandé pour initier une quête. Beaucoup plus tard dans l’histoire, on a accès à des pierres qui permettent de se téléporter à la ville centrale, mais elles sont rares, et les acheter s’avère exorbitant (20 000 pièces d’or) pour un usage unique. Il faut en plus se rendre chez un marchand particulier pour acheter et assigner de nouvelles habiletés à chaque fois qu’on monte de niveau, ce qui augmente encore le temps consacré au voyagement.
 
FOCUS FINAL
 
La nouvelle franchise de Capcom ne risque pas d’être considérée comme le meilleur jeu de rôle de l’année sur les consoles, surtout en comparaison de parutions magistrales comme Mass Effect 3 ou The Witcher 2 : Assassins of Kings. Si vous avez déjà terminé ces classiques et que vous cherchez un nouveau jeu de rôle à vous mettre sous la dent, Dragon’s Dogma propose une expérience substantielle qui innove principalement par son système de pions, mais qui prend place dans un univers mille fois exploré réservant peu de surprises.

Pour

Système de pions innovateur Combat épique contre des créatures gigantesques Excellente durée de vie

Contre

Scénario absent pendant une bonne partie du jeu Univers graphique qui se démarque peu Beaucoup d’allées et venues sur la carte


Score final
7.0 / 10
Commentaires
Plus de critiques sur Xbox 360
2014-01-12 :: Just Dance 2014
2013-11-21 :: Rocksmith Édition 2014
2013-10-29 :: Skylanders SWAP Force
2013-09-16 :: Grand Theft Auto V
2013-09-05 :: Madden NFL 25
2013-06-15 :: GRID 2
2013-05-30 :: Fuse
Derniers dossiers
Les 5 meilleurs jeux de la mi-année 2015 Dossiers

Les 5 meilleurs jeux de la mi-année 2015

Le mois d'août vient tout juste de débuter et, avec la Gamescom qui cogne déjà à nos portes il est maintenant l'heure des bilans de demie-année.  Il n'est jamais facile de dresser une telle liste, évidemment ce classement est toujours étroitement lié aux préférences et aux expériences personnelles du rédacteur.  Depuis le 1er janvier 2015, plusieurs jeux dignes de mention sont désormais disponibles. Plusieurs jeux pourraient composer ce top 5, pensons entre autre à Dying Light, The Order 1886, The Witcher 3 : Wild Hunt, Batman : Arkhman Knight, Evolve, Splatoon ou bien Project Cars.
Lire la suite...
Déballage console RetroN 5 et notre essai complet Dossiers

Déballage console RetroN 5 et notre essai complet

L'amateur de jeux vidéo est plutôt choyé en 2015 : Il peut jouer aux jeux des années 2000, comme aux jeux des années 80 ou 90 dans le même après-midi. Les fans de retro sont nombreux, moi-même étant plutôt favorable à quelques parties d'un bon vieux Ninja Gaiden 2 pour me rappeler ces doux souvenirs de ma jeunesse. Mais bon, après avoir trouvé un vieux téléviseur à écran cathodique, je constate à toujours avec regret à quel point mes jeux de NES, Sega Master ou Super NES étaient beaucoup plus jolis dans mon souvenir. Ce triste constat est désormais de l'histoire ancienne, car voici la RetroN 5 d'Hyperkin.Lire la suite...
Game-Focus au ComicCon 2015 de Montréal Reportage

Game-Focus au ComicCon 2015 de Montréal

Ce week-end, je me suis rendu à l'une des plus grandes réunions de ''geeks'' au pays. Lire la suite...
Déballage console SEGA Genesis 80 jeux et premières impressions Dossiers

Déballage console SEGA Genesis 80 jeux et premières impressions

La société chinoise AtGames produit différentes consoles rétro avec jeux intégrés, tel que la SEGA Genesis, le Colecovision et le célèbre Atari 2600. Proposant du coup des dizaines de jeux pré-installés dans ces systèmes, on tente d'y faire revivre ou plutôt préserver la mémoire de nombreux classiques de ces consoles du passé et de faire plaisir aux amateurs de retrogaming.Lire la suite...

Détails sur le jeu
Dragon's Dogma
Date de sortie : 2012-05-22
Console :
Éditeur : Capcom
Développeur : Capcom
Genre : Action-RPG

Premières impressions

Rare Replay

Rare Replay
Le studio Rare fête ses 30 ans et afin de souligner ces années de dur labeur, Microsoft lance une compilation regroupant trente jeux. Trente jeux, qui ont bien sûr marqué le cheminement du studio vers les jeux d'aujourd'hui. Nous avons eu la chance de mettre la main sur cette compilation qui ser... Lire la suite...

Tom Clancy's Rainbow Six: Siege

Tom Clancy's Rainbow Six: Siege
C’est lors de l’E3 2014 que le prochain opus de la série Rainbow Six a été annoncé. Toujours basé sur l’univers des romans de Tom Clancy’s, le titre est développé par Ubisoft et sera disponible cette année sur PC, PS4 et Xbox One. Misant cette fois-ci principalement sur le multijoueu... Lire la suite...

Plus d'avant-premières
Podcast

Podcast: Radio GF d'août 2015

Podcast: Radio GF d'août 2015

Podcast estival 2015 dans lequel les membres de la rédaction de GF discutent de ce qu'ils ont fait cet été côté gaming. Ne pas hésiter à échanger sur l'un ou l'autre des sujets abordés pendant cette émission.

 

Lire la suite..
Sondage

Est-ce que la fin du split-screen à Halo vous dérange?

OUI - 50%
NON - 50%
Les Blogues de la rédaction

Blogue: Mon avis sur trois jeux rarissimes de la NES

Blogue: Mon avis sur trois jeux rarissimes de la NES

La Nintendo Entertainment System (NES) a changé à jamais l'industrie du jeu vidéo par de nombreux aspects, pensons entre autres à l'arrivée de la croix directionnelle ou à la naissance de nombreuses séries cultes et toujours actives comme Metal Gear, Mega Man, Castlevania, Zelda, Mario et j'en passe. Sur une période d'une dizaine d'années, on a eu droit à plus de 800 jeux en Amérique du Nord, de Super Mario Bros en 1985 à Wario's Woods en 1994, certains d'entres eux sont devenus cultes et d'autres sont passés complètement inaperçus.


Lire la suite...

Les jeux à 80 $ au Canada, le taux de change fait mal

Les jeux à 80 $ au Canada, le taux de change fait mal

Jeux à 80$

Le dollar canadien qui dégringole depuis plusieurs mois en raison d’une relance économique qui tarde arriver a désormais une influence très tangible sur l’industrie du jeu.


Lire la suite...
Vous aimez ou pas?
Mortal Kombat (PS Vita)
The Golf Club (Xbox One)
Fifa 14 (PlayStation 4)
Monster Hunter 4 Ultimate (Nintendo 2DS & 3DS)

Commentaires récents

Propulsé par Disqus

Tag Code: