Critique: Gotham et sa finale mi-saison 2 [54594]

Critique: Gotham et sa finale mi-saison 2

Cinéma, séries télé, Netflix, Manga et super-héros

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La première saison de Gotham avait démarrée en force, se cherchait un peu au milieu, mais s'était conclue de brillante façon au printemps dernier. Mais cet automne, c'était toute autre chose : Que du bon, du début à la toute fin. Nous venons tout juste d'assister à la finale mi-saison de Gotham - Rise of the Vilain.

Les producteurs nous ont offert un épisode très sombre, avec ses séquences saisissantes et ces quelques touches d'humour si savoureuses. Soulignons également l'excellence du style visuel, de l'ambiance générale de la série, du traitement de l'image. Les producteurs ont pris des notes, parce que cette saison deux est sublime. Bref, un épisode à l'image de cette deuxième saison.

La scène où Gordon se réveille dans l'appartement de Nygma, lequel est accompagné du Pingouin, était excellente. C'était trop d'informations d'un coup pour Gordon, j'ai adoré! Et que dire du moment où Lee apprend à Gordon qu'elle est enceinte! La réaction de Cobblepot était savoureuse!

La séquence avec Alfred au dépotoir m'a fait sourire. Est-ce moi ou lorsqu'il sort son bras des décombres, j'ai vu cette séquence comme un clin d'oeil au Joker qui sort son bras du bassin d'acide? Peut-être pas, mais ça m'a fait penser à ça.

J'étais vraiment fier de Bruce Wayne qui n'a pas flanché lorsque Silver (éventuellement la magnifique Silver St. Cloud des comics) a tentée de le tromper. Fier aussi de son calme, de son attitude. On comprend à quel point il est particulier, si unique. J'aimerais tellement voir le Batman des auteurs de la série Gotham, je suis convaincu qu'il serait excellent. Ils démontrent tellement bien tout le psychologique de Bruce, son passé et sa personnalité sont brillamment raconté, j'adore. Même après son sauvetage in extremis, il y est aller d'une petite pointe, du genre : Je m'en serait sorti tout seul, je gérais la situation. Mais merci quand même.

Finalement, la conclusion avec le cruel Theo Galavan. Bien heureux de la tournure finale, lorsque Gordon franchit la ligne, abattant Galavan, ne faisant plus confiance à la cour (par chance, Gordon a écouté le Pingouin). Cette scène était très sombre, ultra immersive, j'étais au bout de mon siège. Et le pauvre Pingouin qui s'est défouler sur Galavan à grands coups de batte de baseball. Évidemment, puisque Galavan avait tué sa mère. C'était triste, touchant et d'une certaine façon, compréhensible. Bien entendu, je n'encourage personne à battre quelqu'un avec un bâton de baseball pour se défouler. On parle de Gotham City, ville particulière au contexte bien particulier.

L'épisode s'est conclu par un mystérieux clin d'oeil au Dr Strange (le parapluie dans la gorge, wow. Et est-ce Fish Mooney la fille avec les cheveux rouges dans le bocal?), sans oublier ce qui semble être le principal vilain de la deuxième moitié de cette excellente saison deux, Mr. Freeze. Ça promet!

En regardant cette deuxième saison de Gotham, on comprend à quel point Batman avait du boulot sur la planche, tellement de ménage à faire. Sans oublier que l'on connait beaucoup mieux les nombreux personnages qui gravitent autour de Batman et leur passé, la naissance du mal au coeur de chacun, les événements qui font ce que les vilain sont aujourd'hui. Pensons à Nygma, Pingouin, Joker, Cat Woman, Bullock, Firefly, Poison Ivy, ou... Bruce Wayne.

Bravo!


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUSBLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS