Ultima Online : le papa des MMORPG a 20 ans ! [59769]

Ultima Online : le papa des MMORPG a 20 ans !

GF, le plus imposant site Web au Québec sur les jeux vidéo

Les gros titres...

Animal Crossing : Pocket Camp déjà disponible sur mobile
Venom, Black Widow et le Winter Soldier se joignent à Marvel vs Capcom Infinite
Battlefield 1 : des nouvelles de l'extension Turning Tides
Neverwinter Nights aura son Enhanced Edition
Dossiers

Peu de jeux peuvent se vanter d'avoir une durée de vie aussi importante dans le paysage vidéoludique. Et pourtant, 20 ans après son lancement en 1997, Ultima Online est toujours là (même s'il sent un peu la naphtaline) et a pourtant été oublié alors qu'il a façonné une part importante de l'histoire du jeu vidéo en ligne.

 

 

Un studio mythique

Un coup d’œil aux visuels peut prêter à sourire aujourd'hui tant la technique du jeu est dépassée mais si le poids des années se fait sentir. Le jeu est développé au départ par Origin Systems, une compagnie relativement modeste avec 50 employés jouissant d'une excellente réputation avec la série de jeux de rôles Ultima et la franchise de jeux de simulation spatiale Wing Commander. L'entreprise est personnifiée par le célèbre Richard Garriott aka Lord British, devenu depuis multi-millionnaire excentrique habitant dans un manoir surnommé ''Britannia" (du nom du monde où évoluent les joueurs dans la série Ultima) et il fait même partie du comité exécutif de Space Adventures, une entreprise envoyant des touristes dans l'espace moyennant une fortune. Excentrique je vous dis. Il vient à Richard Garriot l'idée simple de transposer sa série de jeux de rôle en jeu multijoueur baptisé à l'origine Multima. La compagnie est approchée par Electronic Arts car Larry Probst, le dirigeant de l'époque, croit au potentiel du jeu en ligne et investit pour permettre à Origin Systems de créer un prototype. En 1992 son entreprise est rachetée par Electronic Arts et trois ans plus tard en 1995, le développement de Ultima Online débute avant d'être présenté à l'E3 1996 sous le nom de Ultima Online: Shattered Legacy. Grâce à l'impulsion de Electronic Arts, le studio comprend à ce moment là près de 300 employés, une force de travail nécessaire pour réaliser un MMORPG révolutionnaire pour son temps.

 

Richard Garriot ou Lord British, posant devant un rayon remplit de ses créations

 

Un MMORPG visionnaire

Ultima Online est détenteur de 8 records mondiaux issus du Guinness World Records: Gamer's Edition de 2008 dont celui du premier MMORPG à atteindre les 100.000 joueurs, un nombre incroyable pour l'époque qui fait doucement sourire maintenant. Mais c'est surtout une philosophie de jeu radicalement différente des MMORPG que l'on connaît aujourd'hui. Ultima Online a choisi de laisser aux joueurs une liberté jamais vue auparavant. Loin d'être axé sur des statistiques et le leveling des personnages, le MMORPG se base sur l'amélioration de compétences et se présente comme un mélange de bac à sable et de simulation à l'échelle d'un monde. Les joueurs sont libres de faire ce qu'ils désirent. Ils peuvent explorer le monde, construire et aménager une maison, se vouer corps et âme à un métier, etc. Le jeu a d'ailleurs été le théâtre de nombreuses histoires in-game comme l'affaire des charpentiers de Trinsic et le meutre de Lord British.

 

On ne se moque pas du physique des anciens s'il vous plaît

 

Trinsic est une ville fortifiée du jeu disposant de deux entrées, une principale et une petite porte. Il advint qu'un jour, des joueurs dont le but étaient de tuer d'autres joueurs (le joueur contre joueur n'était pas encadré jusqu'à l'arrivée de la seconde extension, créant une joyeuse anarchie), se mirent à barricader la porte principale avec une équipe d'alliés charpentiers qui fabriquèrent des chaises; des tables et des armoires et les empilèrent à l'infini empêchant tout passage. La seule façon de sortir était alors par la petite porte qui était évidemment gardée par des mercenaires qui se faisaient un plaisir de tuer et détrousser les imprudents essayant de fuir. Tous les autres joueurs innocents étaient donc coincés dans la ville. Afin de résoudre cette impasse, les développeurs décidèrent d'informer les joueurs via une mise à jour que les haches pouvaient désormais détruire les meubles pour permettre aux otages de finalement se libérer. Le jeu s'est donc enrichi au fil des mises à jour des développeurs qui rajoutaient toujours plus de contenus. C'est d'ailleurs pas moins de 8 extensions officielles qui ont vu le jour entre 1998 et 2009 rajoutant toujours plus de nouvelles classes, races et nouvelles zones à explorer.

Un autre événement est devenu légendaire durant la bêta du jeu. Lord British, le roi de Britannia et aussi l'avatar de Richard Garriot qui est présent dans la série depuis le premier épisode a toujours été programmé pour être invincible. En août 1997, à l'occasion d'un test de stabilité des serveurs, les joueurs sont amenés à se connecter en même temps et à rendre visite à Lord British. Un joueur appelé Rainz lance alors un sort de feu sur le roi qui contre toute attente meurt sous les yeux de plusieurs centaines de joueurs. Il s'agissait en fait une simple erreur de la part des développeurs qui ont oublié de rendre Lord British invulnérable suite à un reboot des serveurs. Le joueur régicide sera par la suite banni de la bêta du jeu et un des développeur du jeu, Starr Long (connu dans le jeu sous le nom de Lord Blackthorn) invoqua alors des démons qui attaquèrent le reste des joueurs innocents qui avaient assistés à la scène. Cela mena à des controverses à propos bannissement de Rainz et sur la tuerie qui s'ensuivit mais cette évènement est resté dans les annales comme l'un des évènements les plus marquants dans l'histoire du jeu en ligne.

 

 La fin d'une époque et vers une renaissance ?

 

Ultima Online passera free-to-play en 2018 sous le nom Endless Journey

 

Après être passé entre les mains de Electronic Arts et de Mythic Entertainment (les créateurs du MMORPG Dark Age of Camelot), le développement de Ultima Online est aujourd'hui entre les mains du jeune studio Broadsword Online Games et ce depuis 2014. Après l'inévitable désertion des joueurs, le studio vient d'annoncer que Ultima Online passera au printemps 2018 en modèle free-to-play sous le nom Endless Journey. En effet, à ce jour, pour accéder au jeu il faut encore souscrire à un abonnement mensuel, ce qui est clairement un frein à l'accessibilité surtout pour un jeu si ancien. Ce nouveau modèle impliquera sans doute des restrictions au niveau des fonctionnalités du jeu ce qui peut sembler contradictoire avec l'esprit très libre du jeu d'origine. Le peu d'indications qui ont filtrées de la part des développeurs n'augurent rien de bon avec des anciens joueurs pouvant réactiver leur compte mais qui ne pourront accéder qu'à une partie de leur ancien équipement, sous-entendu que pour le reste ils devront passer à la caisse. Malgré tout, Ultima Online aura marqué l'histoire du jeu en ligne de par ses mécaniques inédites reprises par ses successeurs et une philosophie de jeu laissant aux joueurs les outils pour créer leurs propres histoires. Joyeux anniversaire Ultima Online !

 

Le contenu de l'édition Charter de la première version de Ultima Online

 

Me suivre sur Twitter : @AtothGoldblum

 


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUSBLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS

GF recommande

Les sorties jeux de la semaine du 20 novembre 2017

Lire la suite...

PREMIÈRES IMPRESSIONS

Médias sociaux

Sur Cinévore par GF

Podcast radio GF

Qui est en ligne?

Nous avons 2410 invités et aucun membre en ligne

Sondage GF

Allez-vous profiter des ventes du Black Friday?

Commentaires récents

À voir sur GF