Tests de jeux vidéo

 

Nom: Ultimate Chicken Horse

Plateforme

Éditeur: Clever Endeavour Games

Développeur: Clever Endeavour Games

Prix: CDN$ 16.99 (Steam) CDN$ 19.99 (PS4) CDN$ 14,99 (Xbox One)

Type: Plateforme / Party Game / Violences sur animaux mignons

Date de sortie: Mars 2016 (PC) Décembre 2017 (PS4 et Xbox One)


 

 

Avec ce titre absurde et ce design enfantin, il se cache derrière Ultimate Chicken Horse un propos étonnamment profond, véritable plaidoyer contre la souffrance animale dans notre société contemporaine qui nous rappelle que les jeux vidéo c’est aussi de l’art qui véhicule des messages forts… Vous y avez cru? Bon, reprenons.

Ultimate Chicken Horse est à la base un concept de Game Jam créé en septembre 2014. Après avoir montré leur jeux à un rassemblement de professionnels et devant les retours plus que positifs, les québécois du studio Clever Endeavour Game ont décidé de lancer une campagne de financement participatif réussie avant de sortir le jeu sur Steam en mars 2016 puis des adaptations pour Xbox One et Playstation 4 et fin 2017. C’est sur cette dernière plateforme que nous avons testé le jeu pour vous.

Premier point important, le jeu ne se joue qu’à plusieurs. Abandonnez toute idée de le parcourir seul avec des intelligences artificielles, c’est impossible. Les parties peuvent contenir jusqu’à 4 joueurs en simultanée et vous pouvez choisir entre le mode local ou en ligne, le jeu prenant tout son sens avec des amis dans la même pièce.

Ultimate Chicken Horse se divise en différents niveaux avec un drapeau rouge servant de ligne d’arrivée. Le gagnant est celui qui atteint un certain nombre de points dans un certain nombre de manche définis dans les options. Si tous les joueurs atteignent l’objectif, personne ne reçoit de points. Il va falloir donc faire en sorte de rendre le niveau plus difficile. Et c’est là que le jeu puise son originalité car au début de chaque tour, les joueurs doivent choisir un objet qu’ils devront placer eux mêmes dans le niveau.

Ces éléments peuvent être des simples plateformes ou des pièges mortels à disséminer et à orienter de la manière la plus sadique possible. Le placement des pièges à son importance car si un des pièges tue un ou plusieurs joueurs, la personne responsable obtiendra des points bonus. Tout le sel du jeu revient alors à analyser le comportement des adversaires et l’itinéraire qu’ils empruntent afin de leur mettre des bâtons dans les roues au tour suivant.

 

 

À noter qu’il sera possible de détruire des éléments placés grâce à des bombes ou de la dynamite afin de nettoyer un tableau devenu beaucoup trop dur. Enfin, il sera possible de placer des pièces dans le niveau qui accordent des points en plus seulement si le joueur qui l’a ramassé parvient au drapeau de fin.

Et ça fonctionne très bien. Le placement des objets est en constante évolution durant une partie car chacun des joueurs doit s’adapter à la manière de jouer des autres en trouvant un équilibre entre un niveau qui peut être terminé mais pas par tous afin d’engranger le maximum de points. Les coups bas pleuvent alors et les joueurs doivent redoubler de sadisme tout en connaissant leur propres limites afin de gagner. On apprécie aussi qu’un bouton soit dédié à la danse afin de narguer ses futurs ex-amis pendant un niveau. Efficacité garantie pour leur faire perdre leur moyen.

L’enrobage graphique est certes simple mais le côté cartoon pour enfants en total décalage avec les morts horribles que subissent les mignons petits animaux qui nous servent de personnages est hilarant. Et s’il ne fera pas fumer votre machine, le jeu a le mérite de présenter une action toujours claire même quand 4 joueurs gesticulent en même temps sur un  tableau.

La maniabilité justement. Là encore la simplicité est de mise. Nos avatars pourront courir et sauter plus haut à l’aide d’un bouton dédié et pourront effectuer des wall jumps et...c’est à peu près tout. Les développeurs ont vraiment mis l’accent sur l’accessibilité ce qui est assez logique pour un party game. Néanmoins, il faudra un temps d’adaptation pour s’habituer au côté ‘’patinoire’’ de nos personnages qui semblent monter sur roulettes tant ils glissent sur les plateformes.

 

 

Le jeu comporte seulement 12 tableaux différents (la ferme, l’Égypte, la chute d’eau, etc) et plusieurs modes de jeux. Le mode ‘’Party’’ est le mode de base mais il existe un mode Challenge (un mode plateforme plus classique sous forme de course) et un mode ‘’Créatif’’qui permet de créer un niveau et de le partager avec la communauté. Il sera possible d’essayer toutes les créations des autres joueurs très facilement dans les différents modes grâce à un ‘’level loader’’ ce qui apporte du contenu à un jeu qui en a bien besoin.

Enfin et c’est plus anecdotique, il sera possible de débloquer des nouveaux personnages et des vêtements pour vos animaux afin d’être le poulet ou le raton-laveur le plus funky du coin. Ces contenus se débloquent au fur et à mesure de vos parties en  ramassant des caisses en bois.

 

 

Ultimate Chicken Horse est un party game plus que recommandable et le plaisir est vraiment présent si vous arrivez à jouer à 4. Le manque de niveaux de base offerts par le jeu est heureusement compensé par des créations de fan très nombreuses. Dommage que les pièges ne soit pas assez variés car on en fait rapidement le tour. C’est d’ailleurs le reproche global qu’on fera au jeu qui a peine à se renouveler passé une dizaine d’heures. On se contentera alors de sessions courtes avec ses amis entre deux jeux multijoueurs plus ambitieux mais on y reviendra toujours avec ce plaisir anticipé de trucider nos amis dans la bonne humeur.

 

 

+ Concept original et diablement malin (surtout à 4 joueurs)

+ Multi local et en ligne si vous n’avez pas d’amis

+ Le jeu n’est jamais brouillon

+ Graphismes cartoons réussis

+ Contenu communautaire très riche

 

- Manque de contenu de base (pas assez de niveaux originaux ni de modes de jeu différents)

- Rapidement répétitif

- Maniabilité des personnages un peu approximative

 

 

 

 


BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS