Par le

 

 

Nom : Hollow

DéveloppeurMMEU

ÉditeurForever Entertainment

Genre : FPS survie-horreur

Plateformes : Switch (pour ce test), aussi PS4, Xbox One, PC

Prix : 23,99 $


Note: La copie du jeu utilisée pour la production de cette critique a été gracieusement offerte par l’éditeur. Les opinions dans cette critique ne tiennent pas en compte la participation de l’éditeur qui n’intervient aucunement dans le processus de rédaction de nos textes et nos vidéos.


L'idée d'être coincé dans l'espace sur une station spatiale, en panne, a assurément quelque-chose d'effrayant. Imaginez en plus si de vilaines créatures s'y retrouvent... C'est un peu ce qui se passe sur le vaisseau minier Shakhter-One où notre pilote amnésique doit sauver sa peau. Ici, vous êtes laissé à vous-même et il faudra apprendre à vous débrouiller seul, entouré d'entités maléfiques et submergé d'étranges hallucinations... ou pas. Mystère...

Un vaisseau en panne
Tel que mentionné en introduction, notre pilote doit survivre à bord du vaisseau minier Shakhter-One, immense navire spatial destiné à produire et collecter d'importantes ressources pour compenser les carences de la Terre. Vous l'aurez deviné, quelque-chose a mal tourné... L'équipage a disparu, le complexe entier a des problèmes d'alimentation et le mal s'y est installé.

Partir à la guerre sans munitions
Notre survivant aborde donc Shakhter-One depuis une capsule de sauvetage, vêtu d'une lourde combinaison spatiale hermétique. Rapidement, on constate que le développeur a misé sur l'immersion totale et complète. Visibilité réduite par le port d'un casque avec visière, jumelé au son de notre respiration dans nos oreilles, la vue brouillée par certains éléments perturbateurs, le pouls qui s'accélère, les déplacements lents et limités par notre combinaison spatiale, bref tout y est pour une immersion totale. Prévoyez une bonne heure pour vous habituer à la prise en main particulièrement lente de Hollow. J'ai d'ailleurs joué l'aventure essentiellement en mode ''course'' en appuyant sur R3, l'équivalent d'un rythme de marche normal dans la vraie vie. Le mode ''marche'' par défaut de notre héros dans Hollow est vraiment trop lent... Je sais bien que la combinaison spatiale est lourde, mais quand même. Je recommande aussi fortement de pousser au maximum la sensibilité du 2e stick question d'ajouter un peu de vivacité à notre personnage.

Exploration et recherche d'indices
Hollow laisse une certaine liberté à nos déplacements, dans la progression de notre aventure, voire même un peu trop. Est-ce réellement un défaut? Je ne pourrais dire. Le sentiment de liberté et la crainte de tomber sur une vilaine créature humanoïde à l'ouverture d'une porte blindée, est assurément appuyé par l'absence de véritables lignes directrices, de GPS / balises. On peut se diriger à différents endroits de Shakhter-One, l'objectif n'est inscrit nulle part (ou presque) et la carte virtuelle ''à la Dead Space'' est pratiquement illisible. Cette dernière est trop sombre, les icônes qui servent à identifier les lieux où se trouvent les objets à récupérer (ou avec lesquels il faut interagir) apparaissent et disparaissent selon l'endroit. Bref, c'est simplement difficile de s'y retrouver. Au sujet des munitions, elles sont rares et il faut économiser les ''balles'' de nos deux armes. Soulignons le manque de punch de celles-ci et la résistance variable de deux ennemis identiques dans une même pièce. Certains ennemis (de véritables sacs à PV) sont même à éviter, question d'économiser ses munitions pour les ennemis plus faibles mais obligatoires (du genre l'ennemi entre vous et la porte au fond de la salle).

On est venu, on a vu et il l'a eu dans le c...
Fort heureusement, les ennemis ne sont pas nombreux. Avec des armes qui manquent de punch et de précision, jumelé à des munitions limitées, c'est vraiment une bonne chose qu'ils soient peu présents. Côté frayeur, les vilaines créatures ne font pas vraiment peur, malgré que l'espèce de sorcière magique à tête sphérique... En fait, la véritable crainte dans ce jeu et ce qui le rend difficile est la faible quantité de munitions, sans aucun doute. On pourrait donc dire qu'il s'agit ici d'une fausse difficulté, d'une ''fausse peur''. Par chance, l'ambiance sonore est au rendez-vous (le développeur suggère d'y jouer avec un casque d'écoute et j'approuve la chose) et il y a quelques ''jumps scares'' savoureux. Généralement dans les nouvelles zones du vaisseau on avance à petits pas (ça tombe bien, notre héros se déplace au ralentit), on scrute l'environnement à la recherche de munitions, d'affiches de filles sexy, de mémos, d'un talkie-walkie qui parle tout seul, etc. D'ailleurs, notre progression sera dirigée par des indices laissés sur des mémos (il faut bien lire et relire) et dans des messages laissés sur un ordinateur (qui sert aussi de point de sauvegarde). Tout est en anglais, parlé et écrit, mais rien de bien compliqué.

Parlons-en des points de sauvegarde... Ils ne sont pas toujours bien positionnés, parfois même un peu trop éloignés l'un de l'autre (selon notre route). Je pense entre autres à la séquence des convoyeurs menant aux laboratoires (mourir aux labos nous ramène beaucoup trop loin dans le vaisseau), ou je pense aussi à la séquence finale avec l'ascenseur et tout. D'autant plus que la mort dans Hollow nous expulse complètement de la partie. En fait, quand notre personnage meurt, on se retrouve propulsé à l'écran titre du jeu. Il faut donc recharger sa partie et attendre le long chargement avant de reprendre le tout. Imaginez quand vous mourez à plusieurs reprises, à des plombes de votre dernier point de sauvegarde.

Je vois des gens qui sont morts...
Fort heureusement, l'ambiance générale et l'immersion viennent sauver la mise dans Hollow. Le climat horrifique est bien exploité et le fait de visiter un vaisseau en ruine en se demandant à chaque nouvelle zone ce qui a bien pu s'y produire est un sentiment agréable. Ajoutez à cela ce concept d'hallucinations et de mystères dans les messages retrouvés dans le jeu. Je dois admettre avoir bien aimé l'histoire de Hollow. Précisons que l'histoire et ses lignes directrices (donc indices sur la progression et notes importantes) ne se consultent que dans un ordinateur. Je pense entre autres à un code d'accès pour une porte... Par chance, je me suis rappelé du code 4271, sinon, il m'aurait été impossible de continuer sans quitter et relancer ma partie pour avoir accès à l'ordinateur de mon précédent point de sauvegarde. Les quelques cinématiques du jeu sont correctes, efficaces et parfois même choquantes par leur mise en scène. Un point positif pour un jeu d'horreur. J'aime bien aussi la direction artistique. Le jeu est moins beau que sur PC, mais avec quelques concessions techniques ici et là, le jeu tourne généralement bien, outre trois zones du jeu où j'ai constaté un chargement qui a figé l'écran pendant 7 secondes.

Un bref séjour en enfer
Le jeu se boucle assez rapidement, du genre quatre à cinq heures max, selon vos aptitudes à survivre. Quoiqu'il faut forcément ajouter à cela un niveau de difficulté inégal et la présence ou non de bogues. Je me rappelle une séquence où une porte du vaisseau minier était sans électricité, m'empêchant d'avancer plus loin. Exaspéré de ne trouver la sortie, je décide de quitter le jeu et de relancer plus tard. Le lendemain, à la reprise de ma partie, l'électricité était miraculeusement au rendez-vous, donnant ainsi accès à la pièce suivante et la suite du jeu. Soulignons aussi un bogue de proximité faisant apparaître un vilain dès le chargement de la partie, sans possibilité d'éviter ses attaques et... la mort. Par chance, je n'ai pas été victime de ce bogue qui semble aléatoire. Soulignons également les dernières dix minutes du jeu qui n'offrent vraiment pas une jouabilité optimale et agréable. Disons pour rester vague, que j'ai recommencé la dernière séquence à plus de 30 reprises, pour ultimement, voir la cinématique de fin. Il n'y a rien de bon dans le dernier droit : sauvegarde éloignée, longs chargements, cinématique qu'on ne peut passer, visibilité réduite, tout en essayant de comprendre ce qu'il faut faire pour venir à bout de ces dernières minutes de jeu. De toute évidence, Hollow mériterait une mise à jour sur Switch.

Focus final
Hollow n'est pas un mauvais jeu, ni (vous l'aurez deviné) un grand jeu. La difficulté inégale, les quelques bogues ici et là, viennent handicaper une mécanique de jeu déjà contraignante. Heureusement pour lui, l'ambiance générale et le niveau d'immersion vient sauver la mise. Dans l'état actuel du jeu, je ne peux référer un achat à plein prix, mais lorsqu'il sera peaufiné, lorsqu'il aura hérité d'une ou deux mises à jour, le voyage vers Shakhter-One sera beaucoup plus envisageable.

Verdict : Un achat lorsqu'il sera à rabais et surtout, lorsqu'il sera mis à jour.

+Ambiance générale
+Direction artistique
+Les hallucinations
+Histoire intriguante
+Chercher des indices pour trouver la bonne direction à prendre...

-...mais aucun repère précis nous dirigeant vers l'objectif
-Même si c'est le concept de la combinaison spatiale, les déplacements sont tout de même beaucoup trop lents
-Bogues graphiques et logiciel
-Fausse difficulté en raison du nombre de munitions très limité
-Mourir nous ramène à l'écran titre du jeu
-Longs chargements

 

D'autres critiques sur notre chaîne YouTube GameFocusTV 

Me joindre sur Twitter via @LeTusken et Instagram via LETUSKEN

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS