Par le

La nouvelle de mon collègue Steeve qui annonçait l'absence à l'E3 2019 de Sony, m'a laissé très perplexe sur l'avenir de la Grand-Messe du jeu. Déjà que de constater un rôle de second violon de Nintendo depuis quelques années à l'E3 avait changé passablement le “look and feel” de l'événement. Si on combine EA, le 2e plus gros éditeurs de jeux au monde qui n'était plus réellement présent à part avec des événements en en parallèle, on se demande quel est l'avenir réel de ce gros événement.

Mais pourquoi donc l'E3 ne semble plus répondre aux attentes des compagnies? La visibilité y est toujours pourtant? On doit donc se rabattre sur deux points, les coûts élevés pour y participer et la possibilité aujourd'hui de rejoindre les amateurs par nos propres moyens. Nintendo a prouvé avec son événement à elle en marge de l'E3 que les coûts et le contrôle du message sont plus faciles à faire en diffusant un événement, et ça marche! Fini donc le gros spectacle sur scène en direct avec une présentation réglée au quart de tour pour Sony et Nintendo. Sur le terrain de Microsoft, il faudra voir la réaction de la compagnie américaine face au retrait de Sony. Si Microsoft emboîte le pas, ce sera la mort de l'E3, du moins en 2019.

Il est certain que je demeure convaincu que l'industrie du jeu a besoin d'une vitrine spectaculaire sur une semaine pour alimenter en nouvelles et en spéculations. Après tout, le jeu vidéo donne dans le divertissement, alors d'avoir une scène comme l'E3 fait du sens. Attendons encore un peu avant de lancer la serviette, mais ça me fait tout drôle en dedans de constater la mort clinique lente de cet événement qui n'a plus la splendeur d'avant.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS